Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Les erreurs de la Fubicy dans la remise du guidon d’or

Sur CarFree, on l’annonçait depuis déjà un petit bout de temps et on ne s’est pas trompé. La Fubicy (Fédération des usagers de la bicyclette) a décerné le guidon d’or à la ville de Tours dans une méconnaissance totale du dossier (pour la Fubicy) et dans un contexte de connivence avec la municipalité de la part de l’association cycliste locale (collectif Cycliste 37).

Il est effarant de lire les raisons de remise de ce prix dans le communiqué de presse de la Fubicy. On y mentionne des actions remarquables de la ville de Tours au cours des 3 dernières années qui sont facilement démontables:

- Piétonnisation de la rue nationale. D’abord, ce fait ne date pas de 3 ans mais de bien plus longtemps que çà. Les voitures avaient été éradiquées de la zone, les piétons déambulaient tranquillement, les vélos se faufilaient un chemin entre les gens, les bus avaient une petite clochette pour marquer leur arrivée. C’était bien. Mais…. Le tramway arrive maintenant dans la zone. Adieu les clochettes, mais bonjour les pubs 4×3 désignant le danger du tram pour les piétons. Donc, où est l’avancée? Les vélos? Quelle cohabitation possible avec le tram et ses rails si dangereuses pour les roues dans cette rue noire de monde régulièrement?

- La requalification de la zone gare. Belle affaire! La vélorution tourangelle a bataillé maintes et maintes fois pour dénoncer les stationnement vélos à la gare de Tours. Jusqu’à il y a quelques temps, les vélos se stationnaient dans l’enceinte de la gare, à l’intérieur. C’était un des plus grands parkings à vélo de France. Puis, un jour, on a dégagé les vélos de la gare, on leur a fait des arceaux (en nombre insuffisant) le long du bâtiment. Les vols de vélos se sont alors envolés. Plusieurs vélos par jour volés à la gare de Tours. Avant, presque pas. Personne ne saurait dire l’augmentation des statistiques. Mais qui ne connait pas un tourangeau qui s’est fait volé son vélo à la gare de Tours, alors qu’avant qui ne connaissait pas un cycliste tourangeau qui lui disait « stationner dans l’enceinte de la gare, c’est top. Il faudrait plus de places. Dehors, c’est la jungle du vol ».

Ce sujet ne serait pas complet sans parler du projet du Collectif Cycliste de faire une vélostation enterrée à la gare de Tours. Voilà peut-être l’appui calculé du Collectif Cycliste…. « Je te donne le guidon d’or? Tu me files une vélostation? » Qui sait?

- Le retrait d’une voie de circulation sur le pont Wilson. Encore faudrait-il être au courant que la voie retirée est la voie Sud/Nord. Alors que… les associations les plus en pointe sur ce sujet demandaient de retirer la voie Nord/Sud. Pourquoi? Parce qu’au Nord, il y a un parking relais et la possibilité de prendre le tram. Cela aurait eu plus de cohérence. Mais non, le projet final laisse les voitures rentrer dans la ville, mais ne leur permet plus de sortir. Alors que faire? Et bien pour sortir, il reste alors les zones les plus polluées de Tours: le pont Wilson et son célèbre rond-Point des français libres et l’A10, deux « portes de sortie » qui sont à quelques encablures d’un capteur de pollution qui s’affole sous les dépassements des NOX.

Et les vélos? Bien sûr, on retire une voie de circulation automobile sur un pont et on donne un peu plus d’espace aux vélos. Sauf que çà ne marche que dans un sens car la piste cyclable n’est pas bidirectionnelle. Il y a donc un côté où les vélos se retrouveront au milieu des voitures dans un espace un peu plus réduit. Le bonheur, donc. Ça valait bien un guidon d’or, non?

Alors, il parait que les choses s’améliorent à Tours, que c’est de plus en plus facile de traverser les fleuves si on en croit la Fubicy. Mais si on parlait du Pont de St Côme.

Le pont de St Côme ou la naissance du collectif cycliste 37.

Un projet de pont sur la Loire entièrement dédié à l’auto à l’ouest de la ville. S’en était trop. Décidé à montrer les dents, des cyclistes s’organisent et créent le Collectif Cycliste 37. Mais depuis des années et des années et des années, et malgré des vélorutions régulières sur ce pont, rien ne change. La vélorution tourangelle s’engage à fond dès qu’elle peut, grâce à la vélorutionnaire Dominique. Les commissions passent, les décideurs parlent, puis reparlent, puis reparlent encore. Rien n’en sort.

Le collectif Cycliste a t-il encore un semblant de mémoire de ce qui a créé leur association? Rien que pour le pont de St Côme, Tours mérite une boite de clous rouillés.

Au vu des réactions des cyclistes rencontrés ces 2 derniers jours, qui sont tous partis dans des colères ou des fous rire lorsque je leur ai parlé du guidon d’or tourangeau, au vu de l’historique de la ville de Tours, la Fubicy a commis une belle erreur. Mais c’est en lisant Carfree, qu’on se rend compte qu’elle n’est pas à une erreur près.



Articles relatifs


23 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. Pédibus jacques dutheil

    Je vote avec mes godillots cloutés rouillés en faveur des bicloutiers tourangeaux, en cabossant au passage quelques institutions locales et nationales…!

  2. Vincent

    > La requalification de la zone gare. Belle affaire! La vélorution tourangelle a bataillé maintes et maintes fois pour dénoncer les stationnement vélos à la gare de Tours. Jusqu’à il y a quelques temps, les vélos se stationnaient dans l’enceinte de la gare, à l’intérieur. C’était un des plus grands parkings à vélo de France. Puis, un jour, on a dégagé les vélos de la gare, on leur a fait des arceaux (en nombre insuffisant) le long du bâtiment. Les vols de vélos se sont alors envolés. Plusieurs vélos par jour volés à la gare de Tours.

    On pourrait tirer partie de cette situation en installant des caméras pour filmer les voleurs, apprendre comment ils s’y prennent pour voler autant de vélos chaque jour, et perfectionner les solutions anti-vol.

  3. MOA

    Grande idée vincent… que dis-je GRANDIOSE idée. Des caméras, mais oui bien sûr !! des caméras ! les nouvelles, les 360° qui zooment bien.

    On pourrait même les généraliser pour tous les autres délits ! Sûr que c’est la solution pour régler les problèmes !

    Je pense qu’on n’a pas le cul sortis des ronces… mais vraiment pas.

    Le formatage pro-sécuritaire et pro-technologie (qui va généralement de pair avec une absence cruelle d’esprit critique) doit être vraiment efficace pour que même des pro-vélo-au-quotidien ne se rendent pas compte que l’idéologie qui anime ceux qui prônent le tout-bagnole se marrie à la perfection avec l’idéologie du tout-securitaire-vas-y-que-je te surveille-pour-soit-disant-ton-bien.

    A moins que ce soit de l’humour… mais je n’ai pas l’impression. Donc on n’a vraiment pas le cul sorti des ronces.

  4. Dans beaucoup de villes en France, il existe plusieurs associations de cyclistes, qui agissent de diverses façons : militantisme « traditionnel », vélo-écoles, ateliers de vélo-réparation, vélorutions, … Certaines adhèrent à la FUB, à l’Heureux Cyclage, à l’AF3V, parfois à plusieurs de ces fédérations, qui ont des adhésions croisées entre elles. Leurs modes d’action sont très différents, mais elles s’entendent généralement très bien, et ce d’autant plus que beaucoup de cyclistes adhérent ou militent dans plusieurs de ces structures. À Paris Vélorution et MDB partagent les mêmes locaux et ont des actions communes. À Marseille une association gagne au Tribunal administratif contre Marseille Provence Métropole (lien dans ma signature) pendant que l’autre présente un dossier couronné de succès au Guidon d’Or de la FUB.

    Dans quelques très rares villes, dont le nom commence par Tou, certains semblent surtout passer du temps derrière leur clavier à attaquer la FUB et ses associations. Dommage.

  5. Olivier

    Etant passé à Tours il y a quelques semaines, j’ai pu constaté que dans cette ville comme à Toulouse, l’association locale de la FUB a bien manoeuvré, non pour les cyclistes mais pour sa place auprès des éluEs… Que voyons nous réellement en France depuis la création de la FUB ? D’une, les revendications des cyclistes ont été dictées par la FUBicy : des aménagements « cyclables » qui ne prennent pas en compte les réalités et les besoins des cyclistes : aménagements sur trottoirs, sur bandes le long des files de portières, en contre-allées, etc. Pas un seul atelier Vélo n’est demandé (locaux, récups, etc.) , bien au contraire on voit ces associations ne vouloir qu’un bureau, comme à Toulouse, mais il n’y a rien qui puisse aider réellement et concrètement les cyclistes au quotidien. Les ateliers vélo permettent aux cyclistes de se rencontrer, de connaître et entretenir le fonctionnement de leur monture, de poser des questions directement sur les antivols en voyant ceux qui sont efficaces et ceux qui ne le sont pas, par exemple, de trouver un vélo d’ocaz parfois, de créer des envies de vélo (vélo-école), etc. En l’espace de quelques années, les ateliers de vélo sont apparus comme étant les meilleurs vecteurs pour engranger des adhérentEs, éduquer ou accompagner les nouveaux cyclistes, développer des initiatives autour du vélo, etc. Et le résultat est là : la FUB peine à rallier 22.000 adhérentEs au travers des 150 « associations » qu’elle rassemble et une trentaine d’années d’existence, dont plusieurs milliers de cyclistes dans des ateliers de vélo qui se posent quotidiennement la question « a quoi sert la FUB ? » pour eux… Et le réseau des ateliers qui avoisine les 30.000 adhérentEs en moins de 5 ans ? Il existe très timidement dans la bouche des porte-paroles de la FUB. Dans les associations de la FUB, on ne voit quasiment que des vieux ou ces décervelés des classes moyennes, prêts à tous les renoncements pour quelques miettes de considération de la part des éluEs, avec comme exemples les VLS et les VAE, les premiers ont été salués par la FUB alors que ce n’est qu’une mesure commerciale qui permet à l’escroc JC Decaux de renouveler ses contrats publicitaires avec les villes, sans aucune contrepartie derrière car si l’on regarde l’accidentologie des vélibs et autres VLS, on peut dire que la FUB élimine les potentiels cyclistes car on constate partout une surreprésentation de ce type d’usagers dans la part des cyclistes accidentés (10% d’usagers en moyenne, 50% de l’accidentologie…) ; quant aux VAE, ils sont un cadeau fait aux constructeurs qui cherchaient une image écolo avec leurs vélos de merde, la FUB soutient à fond que les collectivités locales les finance mais par exemple aucune batterie au lithium n’est recyclable, et la production du lithium est des plus dangereuse sur le plan écologique, mais la FUB s’en fout de l’écologie, ses adhérentEs ont de l’argent et se font rembourser leur VAE. VAE ou Vélo Anti-Ecologie ? La FUB sert surtout à donner une image « verte » aux éluEs, c’est le cheval de Troie des cadres politiques qui ont investi ce champ associatif longtemps déserté, et les réelles associations d’usagers cyclistes en paient le prix aujourd’hui. Et pourquoi ne pas parler de ce clou rouillé décerné à Marseille ? Cette ville et ses éluEs sont certes parmis les plus pourris de France, avec un réseau cyclable tellement lamentable que beaucoup se demandent si le vélo existe à Marseille, mais si on regarde en France, cela ne manque pas les villes pourries pour les cyclistes. Et Toulouse a son lot de pistes lamentables, inutiles voire dangereuses, réalisées sans la moindre concertation si ce n’est la FUB locale (« association vélo », un nom aussi original qu’à l’image de son bureau, un ramassis de lèche-bottes d’éluEs et de flics) évidemment. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les réactions de la FUB locale face aux 2 derniers morts à vélo : les deux sont « soupçonnées » d’avoir grillé un feu mais ne pourront plus jamais se défendre… alors l’asso vélo conseille la prudence aux cyclistes sans remettre en cause les aménagements et la réalité de l’infraction. Par ailleurs, le préfet vient de lancer une grande campagne de verbalisation des cyclistes, avec moults journalistes à chaque fois qu’un poulet sort son carnet électronique de contredenses, là aussi la FUB se taît, ainsi que l’asso locale, pour ne pas dire applaudit à cette curie sur les cyclistes qui s’affranchissent du code de la route car celui-ci est dangereux et inadapté. La FUB adore l’innovation technologique et l’asso vélo soutient les utilisateurs de smartphones qui pourront se « géolocaliser », il y a quelques années c’est en grande pompe qu’elle s’était rendue à Blagnac pour saluer le premier envol de l’A380, juste après avoir mangé la galette des rois avec les éluEs de la droite municipale… Aujourd’hui c’est avec la gauche et les verts, autant dire que l’asso vélo et la FUB mangent à tous les râteliers ! mais que ce sont les cyclistes qui en paient le prix du sang !

  6. alain

    Bonjour Abel,

    Dans des villes commençant par Tou, tu crois qu’on passe son temps derrière son clavier? Tu connais les villes commencant par Tou? Oui? Tu as sans doute entendu parler de la gare de Tours, de la passerelle Fournier, du pont de St Côme, des taux de pollution sur le boulevard Pompidou où la vélorution bataillait presque toute seule pour avoir des pistes cyclables? Tu connais le rond-point de la mort? Les escadrons de police plus nombreux que les cyclistes venant dénoncer ce rond-point? Tu connais sans doute toutes les problèmatiques de la ville, les crevaisons à répétition à cause de travaux d’un tramway que la ville n’avait même pas besoin (vu que Tours, çà se traverse en vélo très rapidement)? A moins que tu ne connaisses que la Loire à Vélo!

    Les villes commençant par Tou, les gens qui habitent dans les villes commençant par Tou, les connaissent certainement mieux que toi.

  7. Bonjour Alain,
    Je vois que tu as lu le (court) second paragraphe de mon message.

    Je t’invite à présent à lire attentivement le premier. Et aussi l’article en lien dans ma signature de ce message-ci, qui illustre le résultat du travail commun de deux associations très différentes, qui bossent ensemble.

  8. alain

    J’ai lu les 2 paragraphes. Comment dire? Que serait les réseaux classiques (fubicy) sans ceux du vrai terrain (Velorution). A mon avis, pas grand chose. C’est sûr le terrain que les choses avancent, les commissions faut laisser çà à ceux qui, pourrait-on dire, se la coule douce devant leur ordinateur.

    Pas très sympa de ma part, j’en conviens…

  9. Moui

    Encore un article sur ce sujet !? Cela commence à tourner au délire obsessionnel.

    N’y a t’il pas plus urgent que d’écrire un énième article pour taper sur la FUB et pour dire que les vélorutionnaires sont des mecs qui en ont, eux ?

    Pour moi, Abel a tout dit : les associations classiques et révolutionnaires sont COMPLEMENTAIRES. A quoi cela rime de se tirer dessus ?

    Alors que l’on est cerné par la voiture, n’y a t-il pas des sujets plus urgents auxquels s’attaquer que d’écrire une nouvelle bafouille sur les « POURRIS de la FUB » (apparemment tous des « vieux ou des décervelés » selon les termes même d’Olivier qui nous montre une belle ouverture d’esprit ) contre les « VRAIS MILITANTS vélorutionnaires qui ont tout compris et à qui on doit tout » ?

  10. Moui

    @Olivier : à propos de la comparaison du nombre d’adhérents entre ateliers vélos et assos FUB…

    Oui, c’est pas une découverte, il y a plus de personnes intéressées par payer une adhésion qui leur permettra de réparer leurs vélos (donc de bénéficier d’un service avec un résultat immédiat) que de personnes prêtes à adhérer pour militer, passer du temps dans des réunions, sur des plans, sur le terrain, pour rencontrer des élus… pour des résultats aléatoires et visibles sur le long terme. (Tout cela pour que les gens qui sont allés réparer leur vélos dans les ateliers puissent mieux rouler en ville ! )

    Non mais franchement, comparer le nombre d’adhérents des ateliers vélos et celui des assos militantes, cela n’a aucun sens…

  11. Alain

    Moui:
    C’est tellement évident que quand une association pro-cycliste se trompe, nous, les pauvres cyclistes quotidiens qui ne jouent pas les gros bras dans les commission, on ferait mieux de la fermer?
    Y’a pas de sujets plus urgents que de dénoncer le dénonçable quelque soit le domaine?

  12. MOA

    Moui : « Pour moi, Abel a tout dit : les associations classiques et révolutionnaires sont COMPLEMENTAIRES. A quoi cela rime de se tirer dessus ? »

    Oui, enfin bon, en même temps l’histoire nous montre que lorsque des « classiques » (*) et des révolutionnaires oeuvrent ensemble pour un changement, au final, les premiers cherchent systématiquement à entuber les seconds… et y parviennent. Pleins d’exemples, y compris en ce moement même.

    (*) classiques = plutôt « réformistes ». Généralement proche ou susceptible d’être proche du pouvoir grâce à leur capital curlturel/symbolique.

    Donc, je peux comprendre que les 1ers pressentant ou connaissant la chose anticipent en ouvrant leur gueule et en dénonçant. C’est une très bonne chose !
    La critique argumentée est toujours saine… il s’agit juste qu’elle ne se transforme pas en querelles de clochés ce qui ne semble pas être le cas sur carfree même si on a 2 ou 3 articles qui égratignent gentiment la FUB.

  13. olivier

    Arrêter de taper sur la FUB ? Ben voyons, des gens qui refusent de discuter, de se rencontrer, de nous laisser aller dans les réunions, les commissions, etc. Qui se battent avec une énergie incroyable CONTRE les ateliers de vélo et les militantEs qui s’y trouvent, qui ne prennent jamais l’avis des cyclistes, tu sais ceux qu’on voit dans les ateliers mais qu’on voit jamais à la FUB… Pour leur présidente nous ne serions que le « gang des modes actifs en colère », mais j’ai souvent l’impression d’une mafia à la tête de la FUBicy et des assos locales pour voir à quel point ils veulent nous faire avaler des couleuvres dans leurs compromissions merdiques avec les éluEs. Les exemples du VAE comme celui des aménagements « cyclables » (mais il y en a plein, d’autres) démontrent que la FUBicy ne prend pas vraiment le pouls des cyclistes, ne cherche aucun rapprochement ou complémentarité avec tant d’ateliers. D’ailleurs, quelle complémentarité quand ils restent arcboutés sur leurs positions rétrogrades, à vouloir garder leurs petits avantages en refusant toute discussion avec les autres assos ? Il est étrange de voir que les débats sont lancés depuis des années et que la FUB est dans la stratégie de l’évitement permanent voire l’ignorance polie, c’est plus le signe là encore d’un mépris que d’une réelle ouverture d’esprit. Et, pour ma part, en un peu plus de 10 ans, j’en ai vu des couleuvres de l’asso vélo et de la FUBicy… Alors je garde à la fois le franc-parler et l’envie de faire des choses ensemble.

  14. Alain

    Hum, hum…

    J’ai parlé au tél avec la responsable de la fubicy et, bon, que dire…. ou plutôt que peux t-on entendre? Et bien, si vous êtes un vélorutionnaire, vous êtes un anarchiste qui est contre tout. On se demande qui est le plus fermé des deux interlocuteurs.
    Ca m’a rappelé quand je discutais avec des lobbies pro-OGM. J’étais sois-disant contre tout, le progrès, la faim dans le monde, et que tout le monde ne pouvait pas manger bio, et que ceci et que celà, et qu’avec nous, on serait resté à la bougie, avec les maladies…
    La même mentalité de….con?

    En fait, lsi j’ai bien compris, leur guidon d’or, c’est pas pour dire que c’est bien, mais c’est juste pour dire que c’est moins merdique ici qu’ailleurs. Donc, en fait, c’est comme les concours agricoles, y’a que des cochons d’élevage intensifs, ou des vaches sans cornes, mais c’est le cochon ou la vache qui est la mieux brossé (celle qui présente bien) qui gagne. Symbôle de la société: tout est dans le paraître.

  15. MOA

    erratum

    Il fallait lire :
    « Donc, je peux comprendre que les 2nds (=révolutionnaires/vélorutionnaires) pressentant ou connaissant la chose anticipent en ouvrant leur gueule et en dénonçant. C’est une très bonne chose ! »

  16. Moui

    Et pendant ce temps là, dans la vie réelle, loin de ces sous-polémiques brassées par deux ou trois personnes sur carfree… des milliers de bénévoles (adhérents aux assos fub, vous savez les vieux et les décérébrés selon Olivier) passent des dizaines de milliers d’heures chaque année pour apprendre aux adultes à faire du vélo, pour sensibiliser et informer les cyclistes & les élus, pour faire la promotion du vélo utilitaire sous toutes les formes, pour monter des bourses aux vélos, pour aider à réparer les vélos dans les ateliers, pour aider au développement du code de la rue, des tourne à droite, des doubles-sens cyclables…

  17. MOA

    C’est rigolo -et tellement original- cette petite façon d’essayer de décridibiliser ceux qui osent porter une critique en les faisant passer pour des gens qui passent leur temps sur le ouaib sans rien faire d’autre… c’est mignon.

  18. Moui

    @moa : laisse moi m’étouffer. On peut lire à longueur de posts sur cette page à quel point la FUB et les assos qui la composent est un groupement de bénévoles « décérébrés » vendus à la solde des politiques, pourris… avec une mentalité de « cons »…
    Et c’est moi qui chercherai à décrédibiliser quelqu’un ? Cela se passe de tout commentaire.

    Mais laisse moi te réexpliquer la raison d’être de mon dernier commentaire. Il est simplement là pour rappeler à certains que la FUB n’est pas composé de profiteurs, d’incompétents et de cul de plomb. Mais que ce sont des milliers d’hommes et de femmes (des humains, oui, comme toi) qui se démènent à longueur d’année pour faire progresser la pratique du vélo en ville.

    Vous n’avez pas les seuls à mettre les mains dans le cambouis et à faire progresser la situation des cyclistes en ville. Vouloir faire passer un tel message est au mieux une méconnaissance absolue de l’univers des assos vélos, au pire la démonstration d’une mauvaise foi dépassant toutes les bornes.

    Sur ce…

  19. Olivier

    Alors MOUI tu vas m’expliquer comment il se fait que la FUB n’a jamais créer d’atelier vélo mais a plutôt chercher à les ignorer et les mépriser, en excluant de toute commission les membres des ateliers, à ne jamais vouloir rencontrer les personnes, etc. Certes, à Toulouse on n’est pas gâté avec l’asso locale de la FUB, sans compter cette « maison du vélo » qui exclue d’emblée les ateliers… On n’est pas les seuls à aider les cyclistes mais avant qu’il y ai les ateliers il y avait la FUB, non ? Et qu’a t’elle fait si ce n’est des compromissions avec les éluEs ? J’ai bien regardé à Toulouse, et ce que je vois est loin d’être joli. Quand la FUB et ses assos locales ne s’enfermeront pas seuls avec les éluEs en excluant les autres associations, quand ils arrêteront de nous traiter d’anarchistes et d’essayer trop souvent de nous exclure, quand ils accepteront de discuter d’égal à égal, là on pourra avancer ensemble. D’autre part, quand on voit la FUB soutenir vélib et les VLS, quand on voit la FUB soutenir les vélo-moteurs (VAE), et rien quand les ateliers vélo sont expulsés ou menacés, il y a là de vraies questions et un ensemble d’indices qui démontrent que la FUB est totalement « has been » avec ses pratiques d’un autre âge. Qyuand à voir des milliers de bénévoles dans la FUB au quotidien, laisse moi rigoler, à Toulouse à part des communiqués de presse et s’acquoquiner aux éluEs ils n’existent pas.

  20. alain

    Version spéciale pour Moui:

    Et pendant ce temps là, dans la vie réelle, loin de ces sous-commissions brassées par deux ou trois potentats supposés du monde cycliste à la fub… des milliers de cyclistes (adhérents à rien, vous savez les anarchistes et les polémistes selon la FUB) passent des dizaines de milliers d’heures chaque année à faire du vélo, sensibilisent et informent des cyclistes qu’ils croisent, des amis, des piétons, par leur geste, font la promotion du vélo utilitaire sous toutes les formes, montent des bourses aux vélos, pour aider à réparer les vélos dans les ateliers, pour aider au développement du code de la rue, des tourne à droite, des doubles-sens cyclables…

    La Fub, c’est comme les associations du Grenelle. Ils s’en vont manger des petits fours, et en bas, on a les miettes. Rien qu’à Tours, combien de réunions pour « la fête du vélo » dans les commissions de suivi vélo? Combien de réunions sur le vol de vélos, la passerelle fournier? Vaut mieux pas compter.
    Faut-il envoyer une photo des stationnements vélo liés aux travaux à la gare de Tours? En faire un article et dire: c’est çà le guidon d’or? Vaudrait mieux pas. Des stationnements des années 80 où on accroche que la roue avant. Et la fub, elle en dit quoi? Que dalle! Bof, après tout, un vol de vélos en plus ou en moins comme la gare, y’en a déjà plein…. Pas de quoi en faire un dossier important pour une association qui défend le droit des cyclistes.
    Quand on voit le marquage Bicycode… Dont les flics se foutent comme de l’an 40 et alors que tous les autres pays sérieux ont un registre national fait par la police, on se demande si c’est pas pour sauvegarder son petit pouvoir.

  21. Charles

    A Toulouse Vélorution fait vivre un très bel atelier, bravo, mais après elle est totalement inexistante sur le reste de la politique cyclable. A part casser l’association locale, la Maison du Vélo, les élus, rien de constructif, de propositions concrètes, de prises de positions publiques sur des projets. On se demande si leur but est vraiement le développement du vélo ?

  22. JiBOM

    Un peu de célébrité sur le journal local : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/04/30/Velo-Le-Guidon-d-or-cree-la-polemique-1431200

    L’adjoint au maire chargé de la circulation affirme, sans rire, que la promenade Wilson sera bidirectionnelle pour les cyclistes mais que ceux-ci devront rouler au pas car cette « promenade sera considérée comme une aire piétonne » !

    Certains n’ont pas peur du ridicule quand il s’agit de prendre de courageuses décisions !

  23. velorutiontours

    velorutionTours, collectif informel a la particularité de rassembler une fois par mois des cyclistes urbains pour une masse critique à thème. Ainsi, des adhérents du club du coin, des adhérents du collectif formel, des particuliers non adhérents de rien mais voulant une ville apaisée ont l’occasion de faire ralentir pour peu de temps le flot des motorisés. Alors complémentaire? peut-être mais en tout cas sûrement poil à gratter de l’insuffisance des décideurs de tout poils et profitant de ce que la DEMOCRATIE permet : la liberté d’expression avec ses débordements mais surtout avec des témoignages de bon sens…cyclistes. Ceux qui s’autoproclament représentant des cyclistes devraient ne jamais l’oublier.