Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Diesel : on va continuer à mourir

Hier avait lieu un Comité interministériel pour la qualité de l’air. Face à l’hécatombe liée à la pollution de l’air, environ 42.000 morts par an rien que pour les émissions de particules fines, on attendait des mesures fortes. Le gouvernement a tranché et la ministre de l’écologie Delphine Batho l’a affirmé fermement (mais tout bas): « nous allons continuer à mourir ».

A vrai dire, ce Comité interministériel pour la qualité de l’air était convoqué moins pour se soucier de la santé des français que pour faire face à l’éventualité d’une gigantesque amende de la Commission européenne. Car, l’Europe a décidé de traduire la France devant la Cour de justice européenne pour n’avoir pas agi ni limité les émissions de particules fines, qui sont désormais reconnues comme des cancérogènes certains.

C’est quand même assez lamentable : l’Etat français est attaqué en justice par l’Europe car il ne se préoccupe pas assez de la santé de ses concitoyens! En ayant fait de la France  le pays du diesel, l’Etat empoisonne les Français depuis des années.

Il y avait donc une mesure assez simple à prendre d’urgence pour sauver des dizaines de milliers de vie par an, à savoir interdire le diesel. Bien évidemment, le gouvernement se garde bien de mettre en place une telle mesure.

Sans même parler d’interdiction pure et simple, du moins dans l’immédiat, pourquoi continuer à subventionner le diesel et donc à favoriser son usage? Si déjà, dans un premier temps, on ramenait le prix du diesel au prix de l’essence, on enlèverait cet avantage comparatif donné, avec l’argent des contribuables, à un carburant mortel.

C’est d’autant plus incompréhensif qu’on nous dit que l’Etat est en quasi-faillite. Il y a pourtant de manière simple énormément d’argent à récupérer en arrêtant de subventionner le diesel.

Sans se lancer dans des calculs compliqués, on pouvait constater ce matin une différence de 20 centimes entre le litre d’essence (environ 1,6 euro) et le litre de diesel (1,4 euro). Chaque mois, il se vend en France plus de 3 milliards de litres de diesel dans les stations-service. En mettant seulement le diesel au prix de l’essence, cela représenterait donc un gain pour l’Etat d’environ 600 millions d’euros par mois, soit plus de 7 milliards par an!

De quoi payer largement toutes les amendes que la Commission européenne va nous infliger pour non respect des normes de qualité de l’air… Au passage, cette simple augmentation de 20 centimes du litre de diesel représenterait aussi le budget annuel du ministère de l’écologie et du développement durable (environ 8 milliards d’euros).



Articles relatifs


17 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. Jason Eyrat

    Le renoncement c’est maintenant?

    Chantal Jouanno, sénatrice et ancienne présidente de l’Ademe, a proposé l’alignement de la fiscalité du diesel et de l’essence d’ici à 2020, dans le cadre des discussions du projet de loi de finances pour 2013. Ainsi qu’une taxe carbone!

    http://www.senat.fr/amendements/2012-2013/147/Amdt_I-272.html

    Réponse : niet! Pardon, en langue de bois ça donne : « au regard des conséquences qu’aurait l’instauration d’une taxe carbone sur le prix des carburants à un moment où nous souhaitons préserver le pouvoir d’achat des ménages » et « Cette question a vocation à être examinée dans un cadre global et cohérent, tracé par la feuille de route de la Conférence environnementale et par le débat sur la transition énergétique »

  2. Laurent

    Ce qui est bon pour peugeot est bon pour la france , pourrait on dire en paraphrasant l’expression américaine.

  3. Zaph

    Quand les gouvernements prendront ils conscience que la parathèse automobile est en train de se refermer?

    Une fois de plus, nos concitoyens sont en avance sur les politiques. La voiture fait plus rêver. Il ne manque plus qu’un petit coup de pouce pour que la transition se fasse.

    Au lieu de cela, nos dirigeants poursuivent cette politique ringarde qui consiste à utiliser les anciennes recettes au lieu d’initier et d’accompagner les changements necesaires.

    En attendant, les habitants riverains des voies rapides urbaines et ceux des centres villes embouteillées continueront de respirer un air nocif à leur santé . Criminel

  4. bertrand

    Je crois savoir que la production d’un litre d’essence s’accompagne d’un litre de diesel. Faut-il alors interdire l’essence, ou jeter le diesel ? A part ça, complètement d’accord évidemment.

  5. Jean-Marc

    Bertrand, c est +/- vrai
    (la proportion doit dépendre du type de pétrole : entre de l arabic light ou des sables bitumineux du canada, la proportion ne doit pas être la même).

    Le fait, c est que, dans tous les pays, le gasoil est consommé par les camions, bateaux, chaudières domestiques et centrales thermiques (au fioul);
    vu leur conso d essence par les voitures, en général, ils ont un léger surplus de gasoil;

    nous, au contraire, avec nos ~70% de conso de diesel,
    on est en ultra-surproduction d’essence… si bien que celà plombe les comptes de nos raffineries :

    elles sont contraintes de vendre à l étranger une partie de l essence (donc frais de transport),
    et les distributeurs sont contraints d acheter du diesel à tous nos voisins

    Pétroplus appréciera notre consommation de diesel provenant de raffineries étrangères, au lieu de l’essence sortant de sa (ses) raffinerie(s)…

  6. bikeman

    Tout à fait, on produit trop d’essence en France, et on importe du Diesel… Donc en + de nous détruire la santé, le diesel nous coûte cher…

  7. Vincent

    > Il y avait donc une mesure assez simple à prendre d’urgence pour sauver des dizaines de milliers de vie par an, à savoir interdire le diesel.

    « simple »? Vu le parc automobile français, c’est tout sauf simple. Il aurait fallu anticiper dans les années 80 quand on a encouragé le diesel…

    > Sans même parler d’interdiction pure et simple, du moins dans l’immédiat, pourquoi continuer à subventionner le diesel et donc à favoriser son usage?

    Parce qu’il est très facile pour les professionnels, qui roulent tous au diesel (agriculteurs, taxis, routiers), de bloquer Paris?

  8. martine landry

    je demande au gouvernement français de prendre ses responsabilités

  9. gerem

    Faudrait plutôt arrêter de mettre des filtre a particule sur les voitures diesel, qui crée les fines particules de diesel

  10. Jean-Marc

    Les filtres ne créent pas les particules…

    C est la mauvaise combustion des moteurs qui la crée
    (si les gaz d’échappement était ré-injeté (mode turbo) dans le moteur, ils auraint une meilleure combustion, donc moins de particules.

    Les moteurs diesel crashe (en sortie moteur) des micro-particules, mini-particules et particules.
    Les filtres éliminent les plus grosses, les particules,
    Mais ils ne créent rien…

    Sans filtre, en plus des micro-particules qui polluent nos alvéoles pulmonaires, on aurait des particules qui salisses nos draps blanc, notre peau, et la carrosserie de nos voitures :
    les filtres servent à éliminer une pollution visible… même si ce n est pas la pollution la plus dangereuse.

    (un peu, comme si, pour se protéger d’une balle de 22 long rifle rouillée, on te faisait une piqure anti-tétanos, au lieu de te filer un gilet pare-balle ou -mieux- de réglementer l’usage des armes à feu)

  11. pierre

    Le diésel revient plus cher à produire que l’essence.
    Au Royaume-Uni, aux USA et même en Russie il est nettement plus cher à la pompe que l’essence.

    Où est l’erreur?

    http://www.fuel-prices-europe.info/

  12. Jean-Marc

    http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/structuration-des-prix-de-l-essence-et-du-gazole-france
    « En 2012, la TICPE est de 0,607 €/l d’essence et de 0,428 €/l de gazole »

    soit une différence de 0.179 en faveur du diesel

    [ou, en première approximation, plus facile à retenir de mémoire :
    60c/essence , 40c/diesel, 20c de diff. entre les 2 en faveur du diesel (61/43/18 est plus compliqué à retenir)]

    En 91, cet écart s’est creusé, pour ne plus se réduire depuis, écart aggravé pour acheter la paix sociale
    (grève des camionneurs sous Chirac, avec le camionneur « Tarzan »)

    Depuis, le nombre de camions roulant en france a explosé… mais le nombre de chauffeur et de patron-chauffeur français a chuté :
    maintenant, taxer de façon plus équilibré ne changerait plus grand chose : les petits ont deja, pour bcp, quitté le secteur.

    En france aussi, produire du diesel coûte plus cher.
    En sortie de raffinerie, il est plus cher, mais la volonté politique, les subventions au diesel le rendent moins cher à la pompe.
    Baisser de 2c la taxe sur l essence, monter de 2 celle sur le diesel,
    Et faire celà pendant 5 ans, pour arriver à une taxe équivallente, serait un bon signal, pour arriver à une ré-équilibrage dans les ventes essence-diesel (autour de 70% de vente de diesel en france, actuellement).
    D ailleurs, cette baisse/hausse de 10c a été évoquée au gouvernement… mais pour être rejettée (c.f. le 1er commantaire sur ce sujet)

    Le pb, sans cette hausse/baisse de 2c,
    la france risque encore d être condamnée, d année en année, pour sa pollution…
    Mais voilà, pour ne pas mécontenter PSA et renault, le gouvernement n osera pas faire un geste nécessaire à la bonne santé de ses citoyens.

  13. bikeman

    De toute façon, dans les deux cas, on est perdant :
    . moins de diesel et + d’essence : Gaz à effet de serre (GES) en hausse* mais meilleure santé des citoyens;
    . + de diesel et – d’essence : GES en baisse mais des citoyens qui crèvent…

    La meilleur solution est évidente :
    Moins de Diesel, et moins d’essence!
    Vivement que les prix à la pompe augmentent…

    ————
    * Oui, les nouveaux moteurs diesel émettent soit disant moins de GES que ceux à essence…

  14. - Après les asso. écologiques qui demandent moins de diesel depuis des années (j ai dit les assoc, pas EELV; car, même si certains de ces membres le demandent aussi, on entend peu les élus EELV le (re)-demander à voix haute)

    - Après Jean-louis schilansky, le président de l’UFIP (Union Française des Industries Pétrolières ufip.fr: le groupement des raffineurs de france), qui demande que le diesel soit plus taxé, pour réduire le différentiel de taxe essence-diesel (c.f. http://www.lepoint.fr/auto-addict/strategie/les-petroliers-contre-le-diesel-14-09-2012-1506161_659.php )

    - Après l europe qui risque de condamner la france pour son air irrespirable, en partie « grâce » aux particules les plus fines, du diesel, et ceci, pendant l année européenne de l air -2013- (http://www.novethic.fr/novethic/ecologie,environnement,pollution,2013_annee_air_en_europe_mais_que_fait_france,139219.jspl )

    (« Delphine Batho a évoqué une amende estimée à 11 millions d’euros, en plus d’astreintes journalières de 240.000 euros par jour, jusqu’à ce que les valeurs limites de qualité de l’air soient respectées, «soit au moins 100 millions d’euros la première année et 85 millions d’euros par la suite», selon la ministre »)

    (- après les haut-de-seine qui ne veulent plus financer air-parif et bruit-parif… illustrant par là, la clairvoyance et les priorités de l’UMP/des politiques français… c.f. http://www.paris-normandie.fr/actu/les-hauts-de-seine-ont-supprime-leur-subvention-a-airparif-et-bruitparif )

    Voici du nouveau :
    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/01/la-cour-des-comptes-epingle-le-regime-fiscal-derogatoire-du-diesel_1841033_823448.html#xtor=RSS-3208

    « La Cour des comptes épingle le régime fiscal dérogatoire du diesel :

    Alors que le principe de la réduction progressive de l’écart de taxation entre l’essence (0,60 euro par litre) et le gazole (0,42 euro par litre) a été entériné en 1999, le différentiel reste supérieur à l’écart moyen communautaire. « La perte de recettes fiscales reste très élevée », estime la Cour des comptes, qui l’évalue à 6,9 milliards d’euros en 2011.

    Le parc automobile diesel est passé de 4,8 % en 1980 à 60 % en 2012 et pèse pour 70 % dans les nouvelles immatriculations, mais « l’écart de consommation moyenne s’est réduit entre le diesel (4,8 l pour 100 km) et l’essence (5,6 l pour 100 km) », note la Cour alors même que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe le diesel comme « cancérogène certain ». En juin 2012, le Centre international de recherche contre le cancer, agence spécialisée de l’OMS, a classé les émanations des moteurs diesel dans le groupe 1 des « substances cancérogènes ».

    « Les voitures diesel sont celles pour lesquelles les recettes couvrent le moins les coûts externes », résume la Cour des comptes. Jeudi, la ministre de l’écologie, Delphine Batho, a jugé « incontournable » l’alignement « progressif » de la fiscalité du diesel sur celle de l’essence, estimant que c’était une question « de santé publique » avant d’être une question fiscale. »

    Avec tout celà,
    peut-etre qu’un jour, nos politiques auront le courage de réduire la part du diesel dans le transport auto ET la part de la voiture dans nos transports
    Manquerait plus, après, qu’un effort pour le ferroutage et le fluvial, face aux transport par camions, et le monde serait meilleur pour notre économie, nos bronches et notre sécurité.

    p.s. cette enquête du gouvernement :
    http://www.transition-energetique.gouv.fr/participer/comment-participer

    Demander des rues piétonnes et des villes à 30 et ce qui est le plus efficace, pour rendre la voiture moins attractive et les TEC, vélo et marche plus attractif;
    donc c est ce qui est le plus efficace (et le moins cher) pour réduire notre dépendance au pétrole et réduire notre pollution dû aux transports.

  15. Jean-Marc

    suite :
    petit récap fait par lemonde :
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/03/01/les-moteurs-diesel-entre-subventions-et-dangerosite_1841303_3244.html

    J avais oublié 2 données :

    - face à la situation actuelle, les médecins de Paris se mobilisent :
    http://carfree.fr/index.php/2013/02/27/appel-des-medecins-de-paris/
    « La relation entre l’exposition aux particules fines (Note de JM : issues du gasoil), la morbidité et la mortalité cardio-vasculaires avait été établie par les travaux de l’American Heart Association ; l’étude européenne Aphekom la confirme.

    Le Centre international de recherches sur le cancer (OMS) de Lyon a décidé le classement des particules fines en cancérogènes certains.

    L’INVS évalue à 3 000 le nombre de décès annuels évitables par l’amélioration de la qualité de l’air des 9 principales villes françaises.

    Les pathologies d’irritation des voies aériennes supérieures : pharyngites, trachéites, toux chroniques touchent de plus en plus de nos patients.

    Au total, ce sont 8 mois d’espérance de vie que la pollution de l’air retire à chaque parisien. »

    Ainsi, une mobilisation et une prise de conscience de plus en plus importantes, par de plus en plus de monde.
    (mais tjrs pas de changement des règles politiques ou économiques…)

    En attendant une éventuelle solution politique,
    la solution qui risque de venir -très lentement- d ailleurs :

    http://www.lefigaro.fr/societes/2013/03/01/20005-20130301ARTFIG00414-les-ventes-de-voitures-en-france-continuent-de-plonger.php
    le 01/03/2013 :
    « Pour le seizième mois consécutif, les immatriculations ont reculé en février de 12,1%. Même les constructeurs étrangers et le haut de gamme [..] souffrent. »

    et c est aussi le cas dans le reste de l europe.

    Ainsi, les non-consommateurs de transport auto, et d achat auto, risquent de faire plus que les politiques.

  16. gerem

    Faudrait plutôt arrêter de mettre des pots catalytiques associé à un filtre à particule sur les voitures diesel, qui réduit les particules de diesel et les rendent dangereuse …
    Les anciennes voitures n’ont pas ces pots et ne font pas de taches comme tu dit Jean-Marc

  17. TOUTGRATOS

    Entre NDDL, le nucléaire et le diésel qui tue et qui pue, ils deviennent inaudibles nos écolos (c’est vrai, les élections c’était l’an passé). Comme d’hab, ils doivent sans doute préférer s’occuper des sans-papiers et de la sécheresse à 15000km d’ici.