Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Les effets indésirables du vélo

Pillule

Si vous envisagez de remplacer votre voiture par un vélo, alors il est important de connaître l’impact de cette décision. Vous trouverez ci-dessous 10 effets secondaires du vélo que votre vendeur de vélos ne vous dira pas.

1. La perte de poids. Si vous essayez d’être gros, le vélo n’est pas bon pour vous. Le vélo est connu pour éliminer les calories provenant des réserves de graisse du corps.

2. Le ralentissement de la respiration. Les gens qui utilisent régulièrement le vélo ont besoin de plus de temps entre chaque respiration, que ce soit quand ils font du vélo ou quand ils sont en période de repos.

3. La réduction du stress et de l’agressivité. Les gens qui vont au travail à vélo sont moins susceptibles d’être agressifs, ce qui peut poser problème pour la survie dans le monde d’aujourd’hui.

4. Ponctualité. La possibilité de naviguer dans le trafic urbain, en prenant des raccourcis dans des endroits où les voitures ne peuvent pas passer, tout en évitant les embouteillages de l’heure de pointe, laisse souvent les cyclistes dans l’ennui lorsqu’ils doivent attendre l’arrivée de leurs collègues.

5. La stimulation mentale sans caféine. Ceux qui utilisent régulièrement le vélo ont la sensation naturelle d’être alerte et bien éveillé, et ne peuvent donc pas justifier la pause café en début de matinée.

6. Sentiment d’invincibilité. Les personnes qui sont leur propre moyen de transport ont souvent la dangereuse impression qu’elles peuvent réaliser quoi que ce soit.

7. La pratique du vélo peut conduire à d’autres activités. Rouler à vélo encourage la curiosité, l’exploration, et peut même provoquer une dépendance à la volonté de découvrir le monde.

8. Une joie extrême. Les cyclistes réguliers ont du mal à comprendre la colère des automobilistes, et se tiennent donc à l’écart du passe-temps populaire qui consiste à maugréer sur la circulation. Des sourires trop fréquents peuvent provoquer des rides d’expression sur le visage.

9. Perte de sensation. La pratique régulière du vélo rend insensible au froid, à la pluie, aux intempéries et même à la chaleur.

10. Mauvais pour la croissance économique. La pratique du vélo diminue les profits des compagnies pétrolières et des constructeurs de voitures tout en limitant la pollution et les problèmes de santé publique. Or, la pollution (et la dépollution qui va avec) et les problèmes de santé publique (dont les accidents de la route) participent à la croissance du PIB.

Source: http://bicicletasciudadesviajes.blogspot.com.es/



Articles relatifs


24 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. Lomoberet Lomoberet

    Et en plus, on arrive pas à tirer une clope en se rendant au boulot !

  2. Michelle 13 Michelle 13

    Bien dit Lomoberet

  3. Entraîne aussi des coups de téléphone du banquier qui s’inquiète de voir autant d’argent sur votre compte et que vous n’ayez pas contracté d’emprunt.

    Sur le long terme vous pourriez avoir envie de demander la nationalité belge.

  4. bikeman

    Trop bon cet article! J’ajouterai :

    Sociabilité : la pratique du vélo rend sociable ; vous pouvez discuter et faire facilement connaissance avec les autres cyclistes (à l’inverse, pas facile avec une vitre fermée et une personne qui tire la tronche)…

  5. Pim

    exemple perso de sociabilité :
    2 voitures s’accrochent au carrefour. En général, les conducteurs s’engueulent et c’est forcément la faute de l’autre. Je passe les insultes probables et la foire d’empoigne (c’est heureusement pas toujours le cas)
    2 cyclistes s’accrochent au meme carrefour. Ils se demandent d’abord si ca va, pas fait mal tout ca, puis s’excusent (c’est hélas pas toujours le cas non plus)

  6. petitprince

    Excellent !!

  7. vesan

    Un effet indésirable de plus : la prolifération des espèces animales.
    Le cycliste n’a en effet que des possibilités d’écrasement très limitées, et en conséquence ne peut pas réguler les différentes populations animales, comme le font avec panache et douceur les automobilistes.

    À cause des vélocipédistes, les humains pullulent (tandis que les automobilistes, grâce à leurs efforts constants, parviennent à en éliminer plus d’un million chaque année !), tout comme les hérissons, les écureuils, les lièvres, les lapins, les cerfs, les biches, les sangliers, les chats, les perdrix, les faisans, les buffles (puisqu’il y a des pare-buffles c’est qu’il y a des buffles), etc. et cela oblige les chasseurs-régulateurs à intervenir à intervalles réguliers. Avec uniquement des automobilistes on n’aurait plus besoin de chasseurs, tellement le rythme de régulation serait intensif et soutenu.

    L’automobiliste étant un perfectionniste, il ne manque pas de réguler aussi les populations d’insectes, via son pare-brise, son capot effilé et ses phares (qui les attirent à cette fin). Là encore, le vélocipédiste, avec sa vitesse ridicule, constituerait plutôt un lieu de nidification privilégié pour les insectes (voire les oiseaux).

    Rendons grâces aux automobilistes pour tous les services qu’ils nous rendent.

  8. bikeman

    Bien vu Vesan, voici un argument auquel je n’avais pas songé!

    Maintenant, il faut dire que l’être humain qui mange de la viande en permanence : veau, mouton, boeuf, lapin, poulets etc. ne donne pas vraiment l’exemple…

    J’ai d’ailleurs vu une super vidéo sur le sujet, franchement ça vaut trop le coup :
    http://www.youtube.com/watch?v=9ivPJUypbVs

  9. vesan

    Il faudra que je me décide à regarder un jour cette vidéo, comme c’est long je ne m’y suis encore jamais attelée.

    Pour le reste je ne peux qu’être 1000 % d’accord (vesan étant une espèce de contraction de vegan et vésanie…), mais de toute façon on trouvera toujours plus de viandomangeurs parmi les automobilistes que parmi les vélocipédistes. (Tant qu’à faire, autant ne pas faire les choses à moitié et être nuisible sur toute la ligne.)

  10. bikeman

    La vidéo se regarde toute seule tellement on est absorbé par le sujet!

    Et j’oui tout à fait le banolard – viandard – clupard… coûte cher à l’environnement et à la sécu…
    Tous les accidents de voiture, les infrastructures ncr, les maladies liées à l’auto et à la sédentarisation qu’elle engendre, tout ça coûte sûrement + cher à l’Etat qu’une personne touchant le RSA…

  11. legeographe

    On est suivi par une grande marque et on nous reprend grosso modo) nos articles, on devient célèbre :
    http://www.btwin.com/blog/fr/blog-et-actualite/le-blog/dossiers/le-velo-et-ses-effets-indesirables/?utm_source=emailing-dkt&utm_medium=email&utm_campaign=vtt-301112
    Il est dit en bas de l’article (sur le lien) que c’est inspiré de Carfree.

  12. Jean-Marc

    Le point 10 peut faire peur à certains
    (chute des dépenses en transport, hausse du pouvoir d achat -hors-transport- du cycliste, mais couplée à une baisse du PIB)

    un point 11 pourrait le contre-balancer :

    11- mauvais pour l’aide économique aux autres pays :
    L’automobile, par sa consommation de pétrole -premier poste déficitaire de la France- permet de favoriser une balance commerciale déficitaire, afin de venir en aide aux pays nécessiteux tels que l’Arabie Saoudite ou le Qatar.
    L’usage du vélo risque de faire diminuer notre aide à ces pays.

  13. Alexis

    Ouf ! Je m’attendais au début à une étude américaine d’une meme genre qu’une que j’ai vu récemment qui proclamait les bienfaits de l’obésité

  14. Jiheffe

    Pour au moins deux collègues, l’usage du vélo par le mari à entrainé une économie de frais de divorce, par décès prématuré du mari. (les chocs voiture contre vélo sont rarement bons pour le vélo).

  15. Jean-Marc

    oui, toutes les morts arrivent.
    d ailleurs, le lieu le plus dangereux, car c’est où le plus de monde meure, c’est le lit.
    (bien sûr, le fait qu’on y passe le tiers de sa vie n a rien à voir…)

    dès que tu fais (ne serait-ce qu’une seule fois) une activité, tu risques de mourir en faisant cette activité.

    par contre, seules les stats permettent de vérifier si cette activité est plus ou moins dangereuse qu’une autre.

    Hors, il se trouve que faire du vélo est moins dangereux que faire de la voiture,
    et bpc bcp bcp moins dangereux que de faire du 2RM

    c.f. ce lien
    http://sosconso.blog.lemonde.fr/2013/07/11/des-motards-menaces-et-pas-toujours-bien-equipes/

    Les deux roues motorisés représentent en moyenne 2,5 % du trafic routier et 23 % des tués.

    à l’inverse, les cyclistes et les usagers des TEC sont « sous-représentés » parmi les morts.

    pour la dangerosité des différents modes de transports, il faut chercher : ils sont donnés dans un ancien sujet de carfree

    Par contre, 2 choses à savoir sur la mortalité des cyclistes :

    - plus il y a de cyclistes (plus il y a de morts de cyclistes, normal, MAIS) moins chaque cycliste risque de mourir : la fonction morts/nombre de cyclistes n est pas une fonction affine, mais une fonction dont l’augmentation (la pente), tout en restant positive, décroit

    - plus il y a de cyclistes, moins les autres usagers meurent (piétons, 2RM et automobilistes), car la présence +/- probable de cyclistes entraine une diminution des vitesses max, des accélérations des autres usagers, ainsi qu’une augmentation de leur attention,
    donc une diminution du nombre de leurs victimes.
    (une fois que tu as vu 3-4 cyclistes « surgir comme par magie »* devant toi, tu fais plus gaffe… même si tu pestes contre ces foutus cyclistes qui n’ont pas de gyrophare sur la tête, et qui font vraiment n’importe quoi…).

    Ce n est pas pour rien, si en juillet, puis en aout, le nombre de morts sur les routes françaises ont diminué, alors que le nombre de cyclistes continue à croitre depuis des mois et des mois…

    (compare le taux de mortalité de la hollande, du danemark, d’un coté,
    de l allemagne, puis de la france, puis de l espagne-portugal-italie-grèce de l autre : la mortalité routière suit l’inverse de la pratique du vélo)

    * « surgir comme par magie » :
    « je vous juge que je ne vous avez pas vu »
    -> heu… sur mon vélo, je fais plus d’1.80m (je dépasse toutes les voitures, même les SUV), 60cm de large, et je suis habillé de façon voyante :
    si tu ne me vois pas, laisse ta voiture, et prend un chien d aveugle… ou apprend à conduire en fonction de ton environnement, en respectant les distance de sécu, au lieu de te coller au pare-choc de la personne devant toi… ce qui t empêche de voir les autres, que ce soit les piétons, cyclistes, mais aussi voitures « surgissant par magie » d’une place de parking ou d’une rue lattérale :
    la ville n est pas une autoroute, ni un circuit de jeux video)

  16. Jean-Marc

    Je n avais pas les liens sous la main,
    en voici plusieurs, décrivant plusieurs relations :

    - un lien du sénat, intéressant pour la chine
    http://www.senat.fr/rap/r10-594-2/r10-594-2_mono.html
    (en particulier, par l’étalement urbain concomitant de la voiturisation, avec, en parallèle, la disparition des « quartiers villageois » des villes, comme les quartiers ouïghoures),

    Mais ici, c est surtout la courbe de Newman et Kenworthy établissant une relation inverse « densité urbaine – consommation d’énergie consommée dans le transport » qui est intéressante.

    - un lien, dont la 2ème animation donne le % de vélo dans différentes capitales européennes :
    http://owni.fr/2011/05/17/la-data-enfourche-son-velo-sur-les-routes-de-leurope/
    % de déplacements en vélo dans différentes capitales (arrondi à l unité) :
    ordre plus grand % de déplacements à vélo, au plus faible :
    danemark 60
    pays-bas : 46
    all. 17
    fr 5
    grèce 1.6
    it. 1
    port 0.8
    esp 0.3

    - la mortalité routière en europe :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_de_la_route_en_Europe#Principaux_indicateurs_d’accidentalité
    tués de la route, par millions d’habitants (arrondis à l unité) :
    ordre du plus sûr, au plus mortel :
    Pays Bas 46
    danemark 61
    allemagne 65
    france 88
    italie 94
    esp. 103
    port. 119
    grèce 149

    À comparer aux chiffres juste au-dessus…
    Le danemark, avec plus de cyclistes (dans sa capitale) que les pays-bas, a cependant des routes moins sûre…

    peut-etre faut-il y voir une influence de pratiques cyclistes très différentes entre les 2 pays ?

    au danemark, le port du casque est automatique;
    alors qu’il est presque (sauf enfants risquant de tomber de leur hauteur) totalement inconnus aux pays-bas.
    (c.f. ce lien, sur l effet néfaste du casque cycliste en ville, sur la sécurité globale des cyclistes http://www.copenhagenize.com/2008/08/helmets-or-health.html )

    La grèce a une « sur-mortalité » par rapport à it esp port… mais c est peut-etre car, vu son relief, la pratique du vélo dans le pays est bien plus faible encore qu’à athènes
    Mais bon, qu’importe ces mini variations dans une sous-catégorie :
    c est des variations ne modifiant pas la tendance générale :

    les 4 pigs sont les moins cyclistes, et les plus mortels (et les pires économies… ce qui n est pas une coincidence), puis viennent la fr, puis all, puis Danemark+Hollande

    - un lien montrant la corrélation entre l’étalement urbain et la mortalité des piétons (hors, l’étalement est très bien corrélé à la pénétration automobile : il faut élargir les voies, pour que le flux de voitures passe)
    http://carfree.free.fr/index.php/2010/09/14/densite-automobile-et-mortalite-pietonne/

    et enfin, le lien le plus important :
    http://www.copenhagenize.com/2011/04/cycling-safety-health-by-thomas-krag.html

    en particulier ces 2 graphes :

    http://2.bp.blogspot.com/-hEG9vhl7-tw/TZiYO4n4WhI/AAAAAAAAFgA/9ZAAtIBYcv8/s320/050207_Cycling_safety_ecf_Thomas_Krag_9.jpg

    et
    http://4.bp.blogspot.com/-fsdChNnacg8/TZieujB5ADI/AAAAAAAAFg4/AbOKTABPhiI/s320/050207_Cycling_safety_ecf_Thomas_Krag_22.jpg

    « Risque [corrigé par différents facteurs (age, sexe, education, fumeur,..)]relatif de mortalité en relation avec le déplacement en vélo pour aller travailler. Calcul à partir des données épidémiologiques danoise.
    Les cyclistes réguliers ont 28% de moins de risque de mourir, malgré leur plus grande probabilité d’avoir un accident de vélo [21]. »

  17. Pierre Jean-Pierre

    Le sentiment d’invincibilité, en tant que piéton on s’en aperçoit pas mal… j’ai vu davantage d’incivilités aux feux et passages piétons venant de cyclistes que d’automobilistes.

  18. Jean-Marc

    C est normal, Pierre :

    l’être humain est ainsi fait, qu’il remarque essentiellement les choses nouvelles, les choses « détonantes ».
    le cerveau (afin de ne pas submerger d’infos inutiles notre conscient) élimine les infos qu’ils considèrent comme normales, sans intérêt.

    Ainsi, dans un village, tu croises 100 personnes et 1 noir… tu ne retiens que le noir (ou la belle jeune fille… mais pas les 10 vieux et 10 vieilles, ni les 3 jeunes filles moches).

    De même, tu arrives à un passage piéton sans feu, aucune voiture ne s arrête pour te laisser passer, comme d habitude, c est « normal » (mais totalement illégale),
    tu n enregistres que la voiture, exceptionnelle, qui, une fois tous les 10 jours, s arrête pour te laisser passer.

    Le cyclisme urbain est en progression depuis qq années,
    donc, alors que tu as le réflexe de ne pas traverser à un passage piéton, quand une voiture vrombi à 30 mètres (alors que tu as le droit de le faire… et qu’il serait mieux que tu le fasses, afin de faire ralentir cette voiture avant qu’elle ne crée une catastrophe une autre fois (30m : cette fois-ci, le chauffeur aura le temps de réagir));
    tu n as pas encore pris le réflexe de regarder à droite et à gauche de la file de voitures arrêtées, donc un cycliste qui remonte la file te crée une frayeur (cette remontée de file est légale… tout comme il a le droit de pratiquer le tourner-à-droite, le tourner-à-plat ou le contre-sens cycliste en zone 30, même si rien n est matérialisé) :

    les voitures sont arrêtées, tu considères que la voie est dégagée de toutes présences.

    bien sûr, il y a des incivilités, des cyclistes qui frollent trop vite et/ou trop près les piétons,
    mais ce n est pas la majorité, contrairement aux automobilistes qui collent le véhicule de devant, réduisant leur champs de vision, et leur chance de réagir à temps
    (ils sont censé être à 2secondes du véhicule le précédent en cas de
    – beau temps (pas de brouillard, ni de pluie)
    - bonne chaussée (pas de nid de poule, de chaussée mouillée, de virage, de montée ou de descente)
    - circulation totalement fluide sans personne (piéton, cyclistes, 2RM) ne la « perturbant »,
    - bon état du véhicule
    - et bon état du chauffeur… et à 3seconde ou plus, si UNE SEULE de ces conditions n est pas remplis).

    Remarques tu c est automobilistes qui ne respectent pas les distances de sécurités, mettant des vies en danger ?
    remarques tu ces automobilistes qui ne mettent pas leurs clignottants ? mettant des vies en danger ?
    remarques tu, la nuit tombée, en agglomération éclairée, alors qu’ils sont censés rouler en veilleuse afin d être vu, c est automobilistes qui roulent en feu de croisement… feux qui éclairent DEVANT à 30m, alors qu’il faut, à chaque carrefour, voir à 10m à gauche et à droite… et que le point lumineux à 30m rend, par contraste, les zones à gauche et à droite, seulement éclairée par l éclairage public, totalement noire ? et donc mettant ainsi des vies en danger ?

    alors qu’ils sont censés ralentir à l approche d’un carrefour, que le feu soit vert ou rouge, afin de s arrêter rapidement si besoin,
    remarques-tu ces automobilistes qui accélèrent en toute illégalité, à l approche d’un carrefour vert (voire orange… voire rouge), afin de passer coute que coute, mettant des vies en danger ? (soit ils risquent de faire le coup du lapin à celui que les précède, soit de le recevoir de leur suivant, s’ils finissent par piler… ce qui n arrive pas quand on roule à la vitesse adaptée à une traversée de carrefour, voir d accrocher qq un d autre)

    N.B. :
    les tourner-à-droite et tourner-à-plat ne sont pas légaux dans toutes les villes ni dans tous les carrefours…
    mais, comme il est impossible de savoir dans quelle ville il est légal ou non… en attendant un gouvernement cohérent qui l autorise partout (sauf panneau d interdiction)… c est le trou noir pou savoir si c est légal ou pas au carrefour qui vient.

  19. Pierre Jean-Pierre

    Jean-Marc, qu’appelles-tu le « tourner à droite » ? En fait les deux incivilités typiques que j’ai pu observer sont:

    - le vélo qui grille le feu rouge. Je passe au piéton vert, donc sûr de moi, je vois un vélo qui arrive mais je me dis qu’il va s’arrêter vu qu’il est sur la route et que le feu est rouge. Eh bah non ! Il continue, sans même ralentir, et c’est moi qui ai dû faire un bond en arrière pour le laisser passer. Je trouve pas ça très normal… et ça m’est très souvent arrivé (plusieurs fois par mois) près de mon ancien travail dans le 7e. Cette faute-là, on voit -heureusement- pas souvent des voitures le faire… mais l’automobiliste risque une perte de son permis en faisant ça, que risque le cycliste ? Il y a une sorte d’impunité donc certains mauvais cyclistes profitent…

    - autre truc super énervant, les gens à vélo sur le trottoir. Là encore, vu très souvent sur Paris (moins que les trottinettes cela dit, mais eux je ne peux pas en parler sans utiliser des mots fleuris). Et là non plus, pas de risques que les automobilistes fassent de même.

    Loin de moi l’idée de défendre les voitures attention, on voit en effet des choses pas très belles sur les routes de Paris et de France en général, et j’ai à côté de chez moi un cas typique de feu où les voitures accélèrent à l’orange (c’est que comprenez-vous ils sont pressés d’atteindre le feu suivant qui est 10 mètres derrière, et auquel ils vont être obligés de s’arrêter pour au final gagner 5 secondes au mieux). Mais j’arrive quand même assez facilement à anticiper les mauvais comportements des gens en voiture. Ceux en vélo ont un côté imprévisible qui les rend en fait plus dangereux à mes yeux. Le pire étant les motos qui ont la possibilité de combiner le côté imprévisible des vélos et la rapidité meurtrière des voitures.

  20. bikeman

    Bonjour Pierre,

    Le « tourner à droite » est un panneau de signalisation qui permet au cycliste de tourner à droite alors que le feu est rouge pour les voitures.
    Dans ce cas, il s’agit d’un « céder le passage » pour le cycliste.

    A vélo, il est vrai que s’arrêter est embêtant, mais si un piéton traverse, alors oui on s’arrête. Cela s’appelle le civisme, et il est en effet dommage que certains cyclistes en soit dépourvus.

    Pour la question du trottoir, il faut faire preuve d’empathie et se mettre à la place du cycliste qui se fait klaxonner, brutaliser, engueuler, emmerder, bref pourrir la vie par les automobilistes intolérants qui considèrent que la route leur appartient.

    Pour ma part, je n’emprunte quasiment jamais les trottoirs, car la route appartient à tout le monde, et si la voiture doit ralentir, et bien elle ralentit.
    De toute les façons, en ville, sa vitesse moyenne est inférieure à celle d’un cycliste, donc on se demande même en fait pourquoi l’automobile est encore autorisée en ville au regard des répercussions qu’elle engendre tous les jours en termes de sécurité, de santé, d’environnement etc.

    Bien sur il existe qq cyclistes dangereux, mais en termes d’accidentologie, on est très, très, très, mais alors très loin de l’automobile qui tue des gens chaque jour. Si un vélo te heurte, ça fait mal, mais tu te relèveras, si une voiture te renverse à 70 km/h, tu as de fortes chances d’être décédé…

  21. Jean-Marc

    Le tourner-à-droite cycliste et le tourner-à-plat cycliste sont de nouvelles lois intégrées au code de la route depuis le 1 janvier (1 février?) 2011

    L arrêté d application, en précisant le détail, est sorti le 12 janvier 2012
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tourne-%C3%A0-droite_cycliste

    (le tourner-à-plat se fait dans un carrefour en « T », d une barre de T à l autre, en se plaçant à l opposé de la jambe du T : c est un tourner-à-droite particulier)

    Le pb : la loi est mal faite :
    au lieu de faire une loi pour le pays, ils ont fait une loi « municipale », si bien qu’il est +/- impossible de savoir la loi locale de l endroit où on se trouve… surtout que les municaplités légifère dessus… si bien que cette loi locale est partout en évolution :

    Suite à cette loi non-nationale, il existe 3 types de municipalités :

    - celles qui font des TàD partout : le panneau doit être sous chaque panneau de l entrée de la ville(ou de la gglo… pour tout compliquer)
    - celles qui font des TàD nulle part : le panneau (barré) doit se trouver à chaque entrée de la ville (ou de l agglo… pour tout compliquer)
    - celles qui choissisent d appiquer le TàD à certains carrefour : elles doivent alors mettre le panneau à chaque carrefour où il est autorisé.

    donc, quand tu es dans une agglo, et que tu ne vois aucun panneau…
    soit c est une qui interdit tout, qui autorise tout,
    voire qui autorise certains… mais pas à l endroit où tu te trouves

    La « municipalisation » de la loi, fait que c est un peu comme si, à chaque carrefour sans panneau, tu ne savais pas s’il fallait appliquer une priorité à droite ou une priorité à gauche…

    Précision :
    le TàD N est PAS un feu vert :
    il s agit d’un feu orange clignotant :
    les véhicules venant de la gauche sont prioritaires

  22. nicolas

    C’est rigolo de voir les commentaires de tous ces cyclistes qui soulignent l’intolérance des automobilistes à leur égard alors qu’eux même semblent, au vu des propos, très intolérants envers les conducteurs…
    Y a des cons partout, vélo, piétons, automobilistes, faut pas en faire des généralités !

  23. Jean-Marc

    Bien sûr, qu’il y a des cons partout,
    et des personnes non respectueuses aussi.

    MAIS un con à vélo est à vélo
    et un con à voiture est en voiture :

    en cas de « connerie », comme toucher un piéton,
    l’un n entraine pas de conséquences ou des conséquences assez légères,
    l autre peut entrainer la mort.. et d ailleurs.. trop souvent, il le fait…

    Les conséquences de l irresponsabilité ou du défaut de contrôle ou de surveillance entre un automobiliste d’un coté et un piéton ou cycliste de l’autre, ne sont pas du tout les même…

    Donc, il ne faut surtout pas les mettre sur le même niveau :

    Quand les vélos auront des essieux avec lames rotatives, style char de ben hur (avec Kirk Douglas) ou voiture de « Grease » (à moins qu ce ne soit dans un film avec James Dean? avec le saut de la falaise? j ai un doute),
    et qu’il y aura 3 000 victimes par an, en france, du à la conduite de ces chauffards de cyclistes, alors, on pourra les mettre sur le même niveau.

    Sinon, celà revient à mettre sur le même niveau une personne tirant des boulettes de papier dans une classe, avec une personne tirant avec un fusil-mitrailleur dans la rue…

  24. Jean-Marc

    A vrai dire, ma comparaison d’un cycliste avec une personne tirant des boulettes de papier est peu pertinente :

    Un cycliste, qu’il roule bien ou comme un con, qu’il respecte les piétons ou se comporte comme un automobiliste, en forçant -illégalement- le passage quand un piéton s approche de la chaussée,
    apaise la circulation automobile :

    il contraint les automobilistes à avoir une plus grande attention aux autres, voire à avoir une vitesse moyenne temporairement ralentie.

    Ainsi, il protége la vie des automobilistes, et des personnes que croisent ces automobilistes (piétons, 2 roues et autres automobilistes).
    Ce n est pas pour rien si les pays avec le plus de cyclistes sont ceux avec le moins d accidents de la route (tous véhicules) et vice versa c.f. les chiffres officiels au-dessus, dans mon commentaire du 9 septembre.

    Donc il faudrait plutôt le comparer à un infirmier, jetant des vitamines ou du paracétamol, dans la bouche des gens qui le croisent.

    des vitamines d’un coté, des pruneaux de l autre…



Fil RSS

Se connecter