Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

La France n’a plus de ministre de l’Ecologie

Le quinquennat environnemental de M. Sarkozy se termine sous le signe du roi Ubu: la ministre de l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, étant nommée porte-parole du candidat Sarkozy, il n’y a plus de ministre de l’Ecologie. « Son ministère sera rattaché au Premier ministre ».

20 Minutes

Nicolas Sarkozy a annoncé à l’inauguration de son QG [le 18 février] que Nathalie Kosciusko-Morizet sera bien la porte-parole de sa campagne. « C’est quelqu’un qui est ferme dans ses convictions et qui en même temps n’est pas agressive », a expliqué Nicolas Sarkozy devant la presse. « Elle le fera avec tout le talent, la force et la douceur dont elle est capable. » Son ministère sera rattaché au premier ministre.

AFP

Philippe Martin, député PS du Gers et membre de l’équipe environnement de François Hollande, a ironisé samedi sur la confirmation de Nathalie Kosciusko-Morizet comme porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy.

« Commencé en fanfare avec le Grenelle de l’environnement, le quinquennat du président sortant se termine… sans ministre de l’Ecologie », a commenté M. Martin devant le fait que Mme Kosciusko-Morizet allait abandonner sa casquette ministérielle et que son ministère allait être rattaché directement à Matignon.

« La disparition du poste de ministre de l’Ecologie illustre jusqu’à la caricature la phrase prononcée par Nicolas Sarkozy en 2010: l’environnement, ’ça commence à bien faire’ « , a dit M. Martin, secrétaire national adjoint à l’environnement au Parti socialiste.

« Quant à confier le sort de l’écologie au Premier ministre François Fillon, c’est aussi enthousiasmant que de confier la lutte contre le réchauffement climatique à Claude Allègre », a-t-il dit.

Source: http://reporterre.net/

Photo : Unsa



Articles relatifs


14 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. MOA

    Ministre de l’écologie? qui ça? Nathalie Kosciusko-Morizet? ah bon… je ne savais pas.

    Le système ira jusqu’au bout de sa logique…
    Paris ne veut plus pénaliser les sables bitumineux

  2. bruno le hérisson

    Cela officialise la situation observée depuis des mois. C’est le PS qui sort cette info, c’est le camembert qui dit au munster qui pue.

  3. vesania

    Alors vraiment on ne verra pas la différence, c’est même sûrement une chance de ne plus avoir cette ambassadrice de l’Antiécologie. Surtout, qu’elle se tienne désormais le plus loin possible de tout thème écologique, avec son grand « talent », sa « force », sa « douceur » (on parle bien de Kosciusko, là ?…).

  4. apanivore

    Merci pour le lien MOA, je n’avais pas entendu parlé de ce projet d’exploitation de sables bitumeux au Congo-Brazzaville.

    http://blog.platformlondon.org/2009/11/09/enis-new-tar-sands-projects-threaten-congo-rainforest/

    Mais bon tous ces problèmes, si loin de nous ça tourne beaucoup moins sur les réseaux que des vidéos pour se plaindre que l’essence est chère et trouver un bouc-émissaire.
    http://www.youtube.com/watch?v=x_ycx3L1sYA

  5. lynx

    Pas besoin d’aller au Congo!
    ENVIRONNEMENT – Suspendue il y a un an sous le feu de la polémique, l’exploration du gaz de schiste revient par la petite porte. Le maire Europe Ecologie Les Verts (EELV) de Sevran, Stéphane Gatignon, a relevé mardi le lancement, le 19 janvier dernier et « dans la plus grande discrétion », d’une « enquête publique concernant la délivrance de permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures ayant recours au gaz de schiste ».

    Les documents ont été mis en ligne sur le site du ministère de l’Ecologie,

    http://www.metrofrance.com/paris/l-exploration-du-gaz-de-schiste-de-retour-en-ile-de-france/mlbn!WNuPrv1dqcs2/

  6. lynx

    Le lien ne semble pas fonctionner…mystère de l’informatique.
    Donc se rendre sur le site metrofrance, info, environnement et l’article figure vers le milieu de la page.

  7. En tout cas, moi, je suis bien satisfait de ce ministère parce que je lui ai écrit en décembre dernier et que le chef adjoint de son Cabinet m’a répondu rapidement en transmettant mon dossier au Préfet des Alpes Maritimes. Ma lettre et la réponse du Ministre sont publiés sur mon blog:

    http://agonieautomobile.blog.fr/2012/01/17/lettre-ouverte-a-mme-nathalie-kosciusko-morizet-12474294/

  8. MOA

    Le lien fourni par Lynx :
    L’exploration du gaz de schiste de retour en Ile-de-France

    Pour ma part, j’ai changé mon opinion (suite à un commentaire laissé sur carfree auquel je m’étais opposé initialement), et je dis, en effet, :

    Forons en France.

    Et n’exploitons pas le sous-sol des autres pays. On veut se gaver? ok, forons chez nous. Je vois 2 effets bénéfiques.

    Le premier, évident, pour les populations vivant vivant à proximité des forages (ou des mines… même principe) des pays que l’on exploite. A noter, que une des conséquences sera qu’une autre population souffrira à sa place : celle à proximité de ces forages… en France. Autant dire : les habitants des quartiers délaissés/défavorisés.
    Nous avons encore la chance d’être dans un pays « riches » (santé, etc…) et encore + ou – démocratique, la population francaise qui souffirra aura donc plus de moyens d’agir pour refuser cette exploitation que les populations pauvres du Niger ou d’ailleurs.

    Le deuxième -moins évident- est qu’un certain nombre de consommateurs agissant de façon irréfléchi et irresponsable jusque là, en ayant enfin le nez dans sa propre merde (pollution aggravée), peut prendre conscience de ce grand n’importe quoi… et soit changer son mode de vie, soit passer de la résignation/indignation à l’action/révolte.

    Je suis optimiste quant au second effet bénéfique que je décris? oui, je sais.

  9. MOA

    lecolomobil j’ai bien compris que sur la base d’une réponse type du ministere qui ne vous dit rien si ce n’est qu’il transmette votre lettre, vous concluez : « En tout cas, moi, je suis bien satisfait de ce ministère  » ? c’est ça?

    Vous nous tiendrez au courant de la suite sur carfree?

    Le « pour la petite histoire  » que vous avez ajouté indiquant que la ministre n’avait pas pu venir à Cannes à cause de la grève des agents de sécurité de l’aéroport est fort significatif. Vous avez eu raison de l’ajouter.

  10. Jean-Marc

    @MOA

    je serai moins positif que toi :

    le pb… il y a deja des quartiers entiers (zones « chaudes », quartiers défavorisés)
    et même des régions entières (creuse et autres départements du massif central, ou encore les zones agricoles ou forestières)
    qu’une majorité de français ne voient jamais…

    Ils connaissent les zones touristiques/pièges à touristes (de france, d espagne, de tunisie, de turquie ou d ailleurs)

    Mais il y a plein d endroits en france, où ils ne mettent jamais les pieds et où ils ne mettront pas plus les pieds après celà…(leur seuls liens avec ces zones, c est quand ils les traversent par l’autoroute, par le TGV, ou par le survol en avion).

    Ainsi, si la pollution est à plus de 30 km de paris, d avoriaz, de la plagne, de ault, de quiberon, de l’île de ré, de biarritz, de saint jean de luz, de perpignan ou de cannes, ce n est pas si grave que çà…

    Ils ne la remarqueront sans doute même pas…

    Au « mieux », ils changeront de lieu de vacances, pour éviter les nouveaux lieux pollués/défigurés…

    L extrème pollution chimique de la vallée du rhône ne les affolent deja pas, quand ils descendent par l autoroute en dessous de lyon…
    Ni le laboratoire / futur « désigné volontaire » site d’enfouissement de déchets nucléaire à Lure,
    Ni le site de retraitement nucléaire de la Hague
    Ni…

    Seules les algues bretones… car touchant le littoral des vacances, fait UN PEU de bruit… mais encore, de façon plutôt feutrée…

    De même, quand on interroge les personnes des zones autour de la hague ou d’une quelconque centrale nucléaire, ces personnes liées par leur salaire, coincé par leur emplois, sont prêtes à défendre leur employeur au-delà de la raison, au delà de leur santé et de celle des leurs.
    (exemple récent : srkozy à fessenheim, avec des employés de la centrale de fessenheim, faisant huer hollande, le PS et les verts, et leurs volontés de fermer -à terme- un site vétuste et dangereux)

    Donc on trouvera des chômeurs ou des gens très mal payés dans d autres emplois, qui seront bien content de toucher 3 fois plus en exploitant le gaz de schiste
    (sur les sables bitumineux, au canada, les salaires sont mirifiques… par contre, il faut accepter de fermer les yeux sur des régions entières qu’on saccage…)

    Alors que, s’ils avaient (ailleurs) un salaire décent, pour leur travail, avec une certaine sécurité, ils n’auraient pas autant de raison de chercher un bénéfice à court terme.

    rappel : 5 ans que le smic n a recus AUCUN coups de pouce…
    et la part des salaires dans la richesse de la france, depuis 2002, ne cesse de baisser…

    En fait, il se prépare une france du 1/3 monde :
    - des « zones préservées », qui peuvent -si nécessaire- être protégées par des barrières et des gardes
    [les résidences avec mur d enceinte se multiplient deja, ou, autre illustration, pour les loisirs, les centers parcs avec mur d enceinte (alors que dans un parc municipal, de nombreux jeux d enfants, d ado et d adultes peuvent être mis à disposition, gratuitement, oupas)]

    - et ailleurs, des zones à éviter…

    Une destructuration de la société, du lien entre citoyens : au lieu de vivre ensemble, dans le même pays; de plus en plus, on risque de vivre « à coté », à la mode USA et pays du 1/3 monde.

    p.s. j avais étonné/choqué des canadiennes anglophones, quand elles m avaient vu aborder des inconnus dans la rue (pour demander ma rue ou un autre renseignement).
    Elles étaient dejà dans « le monde d après », celui que srkozy
    a aidé à installer
    (d’un coté le fouquet’s, le yacht de bolloré; de l’autre, les banlieues dans lesquelles on ne pose les pieds qu’entouré de CRS, juste le temps de lancer un « bon mot » devant les caméras)

  11. MOA

    Et oui Jean-Marc, je suis bien d’accord avec ce que tu décris (y compris la « France du 1/3 monde »).
    Et l’on pourrait même ajouter comme facteur agravant, l’attitude sans doute passive de la population même si jamais un jour elle a le nez dans la merde. J’en ai encore eu un exemple ces derniers jours au boulot où le chauffage ne fonctionnant pas, il faisait 5°C dans les bureaux (travail non physique).

    Bref, le contenu de ton intervention -que tu as bien fait de décrire- était en substance dans mon : « Je suis optimiste quant au second effet bénéfique que je décris? oui, je sais. »

    Néanmoins, le « 1er effet bénéfique » se suffit à lui même à mon sens ;même si je ne me fais pas non plus d’illusion quant à la volonté d’agir des populations -cf. passiveté évoquée ci-dessus- qui ont pourtant plus de recours -disons : juridiques, non violentes, avec un minimum de dégats collatéraux- que les populations que l’on exploite indirectement aujourd’hui…

  12. LEGEOGRAPHE

    Pour l’actualité pourtant bien présente de l’écologie, et notamment un héritage laissé par NKM (l’affichage publicitaire) :
    http://www.telerama.fr/monde/panneaux-publicitaires-un-projet-de-decret-qui-l-affiche-mal,76911.php

  13. LEGEOGRAPHE

    En ce qui concerne la consultation publique, elle est prolongée d’un mois, et il faut écrire un courriel à l’adresse suivante :
    dgec-beph@developpement-durable.gouv.fr

    Voici le mien, tout juste envoyé :
    —–
    En tant que citoyen, je me dois d’exprimer ma grande surprise au fait que cette consultation publique soit restée si discrète. Beaucoup de Français en effet vont à la pompe hebdomadairement, pour remplir d’hydrocarbures leurs réservoirs.

    En tant que Français non consommateur d’essence pour mes transports (sauf, je vous le concède, les quelques trains en retard pris pendant les vacances), je suis encore mieux placé que les autres pour m’ériger contre l’exploitation de cette ressource.

    Bien sûr, la balance commerciale de la France ne va pas s’arranger non plus si l’on refuse l’exploitation de cette « ressource empoisonnée » et si l’on ne réduit pas notre dépendance aux hydrocarbures. Sur ce sujet, j’ai bien conscience de parler à des gens capables de comprendre le problème mais qui n’ont pas encore fait montre d’assez de courage pour prendre le problème à bras le corps.

    Si vous voulez être honnêtes, les projets d’exploitation des gaz de schiste ne sont nullement une réponse aux engagements pris dans le Grenelle de l’Environnement, bien au contraire. Quels qu’ils soient, ces projets sont donc ineptes au regard de l’intérêt suprême… des générations à venir… et de la mienne qui est déjà là.
    —————