Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Ma reine fait les trottoirs

“Les feux je ne les fais pas, on ne s’en sort pas, on ne va pas plus vite que les voitures” (France Inter le 7/9 du 26 janvier). Cette application sélective du code de la route par les cyclistes pose problème aux pouvoirs constitués.

“Ce feu là je le fais, à la rigueur, celui là…non!

Et ce stop en pleine rue, à quoi sert-il? sinon à couper la vitesse?”

Les élus se sont ingéniés à détourner l’esprit des réglementations au profit des riverains sans se rendre compte qu’ils rendaient la vie impossible aux vélos.

Ils en récoltent aujourd’hui les fruits: des cyclistes indisciplinés.

Il ne manquait plus que ça! Voila le désordre qui vient de ceux qu’on n’attendait pas.

L’universalité des réglementations routières montre ses limites puisque les intérêts des usagers cyclistes ne s’y retrouvent pas: pourquoi attendre des lustres à un feu rouge la venue hypothétique d’une voiture alors qu’il n’en arrive pas…et que de surcroît, le feu refuse de repasser au vert?

Pourquoi être condamné à prendre le trottoir avec sa reine pour contourner le feu imbécile?

Oui, je l’avoue, je prends le trottoir avec ma reine lorsque le feu est rouge à Bantzenheim. Cette forme de racolage actif est peu sanctionné par la loi.

Tant mieux!

Mais dans la sphère vélocipédique, il faut l’assumer: il existe des francs-tireurs capables de s’exonérer des règles, de toutes les règles de bienséance et aussi de celles du code de la route.

Considérant que le code n’est pas fait pour eux, certains cyclistes choisissent délibérément de s’affranchir de ces règles trop contraignantes, pensées et faites pour les voitures.

L’inconduite ne s’arrête pas seulement au coursier urbain, elle gagne aussi tous ces groupes cyclos du dimanche qui s’engagent en masse dans les stop, les ronds-points et les carrefours sans marquer d’arrêt lorsque le feu est au rouge.

C’est une forme de trompe-la-mort qui n’est pas infaillible à tous les coups.

Convenons-en!

C’est aussi une forme de jemenfoutisme et de défiance de l’ordre établi.

Après tout, les règles routières continuent de trainer les pieds et n’évoluent qu’à petits pas en se contentant d’affecter des bouts de trottoirs médiocres aux petits reines. Alors qu’elles méritent mieux que de l’asphalte pourrie encombrée de poubelles et de merdes de chiens.

Nos gardiens de l’ordre n’ont donc en retour que cette nouvelle chienlit de cyclistes désobéissants.

Qu’ils se débrouillent avec les députés godillots!

Source: http://velomaxou.wordpress.com/



Articles relatifs


15 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. Lomoberet Lomoberet

    Disons que tous ces jolis panneaux et ces feux rouges de toutes les couleurs sont décoratifs, mais ils n’ont guère d’effet sur la sécurité des cyclistes, alors prenons-les pour ce qu’ils sont : quantité négligeable

  2. Noblomov

    90 euros la semaine dernière pour un feu rouge dont j’ai « anticipé le proche passage au vert » sachant que le feu piéton perpendiculaire n’était déjà plus vert….

    Le stress des voitures qui grondent dans notre dos et qui démarreront plus vite que nous (qui à nous « pousser » parfois) pousse souvent les cyclistes à faire des « faux départs »… Je ne suis malheureusement pas tombé sur un policier compréhensif….

  3. Gilles

    C’est l’intérêt des SAS cyclables aux feux.

    Si les bagnoles nous doublent volontiers au démarrage, le SAS permet de rester de « plein droit » au milieu de la voie. Pour doubler il faudra donc attendre que le cycliste autorise le dépassement en laissant la place quand ça lui convient. Cela laisse le temps de se lancer et d’être plus sable.

    Une technique permet ensuite de faire respecter les distances de sécurité dans les endroits critiques ,c’est la simulation de conduite en état d’ébriété . Quelques ZigZag quand le vrombissement commence à se faire entendre , la dernière embardée à droite doit être synchronisée avec le dépassement. Ça marche vraiment.

  4. A vélo, je respecte systématiquement les feux rouges.

    Sinon, quelle gloire aurai-je d’être plus rapide à vélo qu’en voiture aux horaires de bureau ;-)

    A+
    TOM.

    PS : et puis, cela est plus sûr, non ?
    La preuve : http://youtu.be/Kw_W87JPx_U

  5. Zaph

    enfin , ca y est le decret autorisant le tourne à droite pour les cyclistes vient de paraitre (JO du 27 janvier 2012).

    Il ne reste plus qu’à faire pression auprés des municipalités pour qu’elles appliquent ce décret.

    C’est un pas supplémentaire pour reconnaitre l’impossibilité d’appliquer le code de la route pour les déplacements à vélo.

    La prochaine étape sera l’adoption du code de la rue!

  6. LEGEOGRAPHE

    En fait, la vidéo de Tom34 est bel et bien une preuve que très peu est fait et que la voiture est une garce (cf le moment avec le sous-titre « long moment de solitude »).

    Sinon, oui, on va peut-être continuer à en prendre, des 90 euros…

    Les libres-penseurs défiaient l’autorité religieuse, les libres-cyclistes défient l’autorité quasi-religieuse de la voiture.

  7. paladur Paladur

    Pour ma part, je m’affranchis de plus en plus des feux pour ne pas être englué dans dans la circulation, voir la tête des totomobilistes. Je considère les feux avec une bonne visibilité comme des cédez-le passages.A contrario, je ne monte pas sur les trottoirs car ils sont utilisés par les piétons, plus vulnérable que moi.

  8. atos

    z’avez qu’à venir à Abidjan!! On s’en fout des feux rouges, des stops, et même de tous les panneaux et de tous les marquages au sol. La police s’en fout de nous car les cyclistes sont vus comme des sans-le-sous, des handicapés de la société de surconsommation incapables de sortir un kopeck en cas de verbalisation!! On pousse le bouchon en roulant autant à gauche qu’à droite.
    Mais prenez garde au revers de la médaille:Zéro rue piétonne, zéro piste cyclable, zéro association pro vélo. 600 000 bagnoles, dont 50% sont des taxis individuels ou collectifs qui roulent toute la journée ou toute la nuit. Presque la totalité des 600 000 ont eu leur permis dans une pochette surprise: des furieux au volant qui se battent parfois entre eux dans les gigantesques embouteillages, et qui prennent la priorité sur les vélos et piétons dans 100% des cas: les dizaines de milliers de 4×4 sont les rois du paysage.
    le vélo qui veut jouer au plus malin? Il est mort dans un accident, bien qu’ayant la priorité! Et le chauffard du taxi en tort n’aura pas toujours le temps de s’arrêter + d’un quart d’heure, parce qu’il a « une recette à faire pour nourir sa famille ».
    Quelqu’un a des questions? :)

  9. Nicolas

    Je nuancerais cependant. Je vis dans une ville où les aménagement cyclables existent, mais mal pensés. Heureusement, on a le droit au panneau carré, celui qui n’oblige pas à les prendre. Je roule donc, quand cela me convient, sur le même axe que les autos, au milieu des autos, en obéissant aux mêmes règles qu’elles. Quand elles sont trop lentes, je les double, ce qui est aussi autorisé.

  10. Le cycliste intraitable

    Sachant que la signalisation routière est pensée par et pour les bagnoles privées, le respect formel de cette signalisation passe après la sécurité, la courtoisie et le confort, autrement dit le simple bon sens. Une signalisation pertinente est toujours mieux respectée.

    À vélo, les feux rouges importent peu : seuls les feux verts, mais TOUS les feux verts, importent. Le principe fondamental d’un franchissement de feu rouge est qu’il faut être sûr de ne gêner personne qui arrive avec le feu vert. Question de sécurité et aussi de courtoisie.

    Dans les rues à sens inique, quand elles sont soi-disant pas assez larges pour mettre un double-sens cyclable, c’est qu’elles ne sont pas assez larges pour qu’une caisse double un cycliste ! Donc blocage total si la largeur est vraiment insuffisante. Combien d’automobilistes l’ont compris ?

    Il est temps de donner au vélo un statut à part dans le Code de la route (et de la rue), et déclasser les contraventions pour cette catégorie. Aux Pays-Bas, un cycliste paye le franchissement de feu rouge 65 €, un caisseux 250 €…

    À Zaph : la Vélorution a commencé le travail à Paris.

  11. LEGEOGRAPHE

    @ Nicolas :
    « Heureusement, on a le droit au panneau carré, celui qui n’oblige pas à les prendre. »

    En fait, il me semble (est-ce que quelqu’un corrobore mes dires) que le panneau rond (« obligation »), même s’il est encore visible dans le paysage urbain actuellement (en 2012), n’a plus cours théoriquement et doit donc être lu comme un panneau carré (« indication »).

    Des avis contradictoires ? Des avis confirmant mon assertion ?

  12. LEGEOGRAPHE

    http://www.leparisien.fr/voyages/cyclisme-paris-va-tester-les-panneaux-tourne-a-droite-sur-quinze-carrefours-du-10e-arrondissement-30-01-2012-1838528.php

    « Une flèche complète les informations, là encore pour signaler s’il est autorisé de tourner à droite ou d’aller tout droit lorsque le feu est rouge. »

    Enfin, pour être objectif, je me dois de donner toutes les infos :
    « En l’abscence de cette nouvelle signalétique, les personnes à vélo devront continuer à patienter devant les feux tricolores lorsqu’ils seront rouges. » (Advienne que pourra…)

  13. @ legeographe :

    http://www.fubicy.org/spip.php?article132
    En fait, le carré est non obligatoire
    le rond est obligatoire, S’IL a été posé après janvier 99

    s’il a été posé avant janvier 99, il est considéré comme un carré… sauf si  » l’autorité investie du pouvoir de police (Maire, ou, à Paris, Préfet de Police) l’estime nécessaire,[et qu'] elle [a] t interdi[t la] chaussée aux vélos »
    Le pb, pour CHAQUE rond, il faudrait savoir quand il a été posé,
    et si le maire a pris -oupas- l’arrêté interdisant le vélo sur la chaussée adjacente.

    En résumé :
    - carré bleu = non obligatoire
    - rond bleu = impossible de savoir… (mais, si on ne veut pas se prendre un PV, vaut mieux considérer que c est obligatoire).

  14. Merci beaucoup, Jean-Marc, vous êtes un peu mon maître Eolas sur les questions de vélo !

    J’en profite pour souhaiter à tous les Français de métropole (et les Belges ? et les Suisses ? et les Luxembourgeois ?) de bonnes sorties à vélo sur et sous la neige. Faites attention !

  15. Wotan

    Pour connaître la date de pose d’un panneau de signalisation quel qu’il soit, il suffit de regarder l’étiquette qui se trouve derrière celui-ci – le mois et l’année de pose y sont indiqués.



Fil RSS

Se connecter