Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

L’Anti-Manuel du Cycliste urbain

Attention, sortie prochaine d’un OVNI (Objet Vélocipédique Non Identifié). Cet « Anti-Manuel du Cycliste urbain » est en effet l’œuvre d’Hugues Serraf, journaliste et ancien rédacteur en chef dans la presse automobile… Il n’a plus de voiture, ne se déplace qu’à vélo, mais n’a demandé ni nouvelle identité ni protection de la police pour éviter les représailles de ses anciens confrères…

Cet anti-manuel du cycliste urbain est, précisément, un anti-manuel. Ce qui signifie qu’il ne donne aucun conseil véritable, du moins aucun conseil à quiconque préfère éviter de se disputer avec la police, les conducteurs d’automobiles, les pilotes de deux-roues motorisés, les chauffeurs de bus, les chauffeurs de taxis, les piétons, les fabricants de selles, les fabricants de casques, les aménageurs de pistes cyclables, les gestionnaires de Vélib’ et, surtout, avouons-le, les autres cyclistes…

Il n’en est pas moins l’expression sincère d’une façon de se comporter à vélo que l’auteur, même s’il n’en tire aucune gloire, assume parfaitement.

C’est certain, en matière de remise en cause de l’ordre établi, on a connu plus révolutionnaire : Danton, Lénine, Che Guevara ou même Olivier Besancenot, à qui son sacerdoce impose pourtant de grimper régulièrement sur une bicyclette, ne se reconnaîtraient guère dans cette rébellion-là. Mais ça ne perturbe pas l’auteur qui, pour avoir passé de longues années au service du moteur à explosion comme journaliste spécialisé, connaît bien, lui, le sens du mot apostasie appliqué à l’automobile.

Alors, rebelle au petit-pied, d’accord, mais n’est-ce pas avec ses pieds que l’on fait tourner les pédales ?

Retrouvez des extraits du livre et toutes les infos nécessaires sur le mini-site du livre

Photo de couverture : Steven Vance



Articles relatifs


7 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. lecteur

    Video
    Ralph Ancel belgique

    http://www.gracq.be/CAPSULES/Accueil

  2. lecteur

  3. apanivore

    Pour avoir lu les extraits sur le site, je me dis que ça ne méritait pas plus qu’un blog. Parce que clairement l’auteur ne fait que raconter sa vie et ses avis sur es différents aspects du vélo au quotidien (stationnement, législation, vélos en libre-service, santé …)
    Et tout ce que j’y ai vu n’est que lieux communs pour quelqu’un qui utilise déjà son vélo comme moyen de transport.

    Annonce sensationnaliste du bouquin dont l’auteur ex-journaliste auto a vendu sa voiture. Sans blague il se rend compte qu’il n’a rien d’un cas isolé puisque plus de la moitié des ménages parisiens n’ont pas de voiture ? Je n’ai jamais eu de voiture et je ne donne pas d’interview sans arrêt pour autant.

    Mais bon on peut saluer la belle opération de com de l’auteur qui réussit a faire parler de son livre partout alors qu’il ne sort qu’en novembre.

    Et même la postface d’Eolas aura du mal à me convaincre de dépenser 15€ pour connaitre la vie trépidante de Mr. Serraf.
    D’autres classiques de la littérature vélosophique sont beaucoup plus abordables.

  4. T’es un peu dur quand même…perso, j’ai quand même appris grâce à lui que les nazis avaient inventé les pistes cyclables!
    http://carfree.fr/index.php/2010/02/05/quand-les-nazis-developpaient-les-pistes-cyclables/
    Pour le reste je suis d’accord, rien de bien nouveau sous le soleil, mais si son bouquin permet de ramener à la raison ses anciens collègues de la presse auto, ce sera toujours ça de gagné…

  5. Je trouve aussi que ça aurait été mieux de n’en parler qu’une fois entre les mains … là nous n’avons eu que sa publicité ! Le livre ne devrait être en librairie qu’en novembre, si je me souviens bien.

  6. Je pense qu’on peut lire suffisamment d’extraits du livre sur le mini-site pour se faire une assez bonne idée de son contenu…

  7. Je viens de finir le livre. Vous avez bien résumé avec vos commentaires. Rien a ajouter.

    Ah si, la postface d’Eolas fait 1 page et en gros, c’est un pote et il dit que Serraf a raison et qui Eolas aussi fait du vélo et que ce livre doit bien donner un peu envie d’essayer à ceux qui n’en font pas. C’est tout. Bref, c’est pas pour le lecteur assidu de Carfree ce bouquin, mais il a le mérite d’exister pour d’autres.