Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Pic de pétrole et décroissance

Le 22 mai 2008, le collectif parisien pour la décroissance organisait à la mairie du 2ème arrondissement une rencontre avec Yves Cochet, député et auteur de « Pétrole Apocalypse », sur le thème « Pic de pétrole et décroissance ». Nous vous proposons la vidéo de cette soirée.

Source: http://ocparis.canalblog.com/



Articles relatifs


7 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. ah oui

    Déja vue ( car de 2008 )
    intéressante ( bonne répétition par Cochet du travail de Lahérrère , Campbell & co )

    un des premiers «  »" »" »" verts «  »" »" » à avoir entendu parler du pic pétrolier !

    par contre encore un
     » faites ce que je dis , PAS ce que JE fais personnellement « 

  2. Nicolas

    Cette vidéo est encore plus intéressante 2 ans après. Tout n’est pas si simple. La crise est passée par là, le prix du baril de pétrole est redescendu puis se stabilise vers $70/80 (60 €), il y a toujours autant de voitures et on va construire encore des autoroutes… le climatoscepticisme a gagné des batailles (abandon de la taxe carbone, échec de Copenhague, l’environnement ça commence à bien faire), les priorités politiques ne changent pas et on n’est toujours sans nouvelles du fameux Pic de Hubbert. Quelqu’un l’aurait vu ?

  3. bakho

    Le pic a justement été atteint en 2008, jusqu’à nouvel ordre. depuis 2 ans la production stagne.
    Les nouvelles mises en production dans les prochaines années vont sans doute augmenter un peu le débit, mais pas beaucoup, le déclin des champs existants est plus rapide.

  4. Baillecyclist

    La production stagne mais pas les marées noires!

  5. Nicolas

    Ce que je trouve dingue, c’est qu’il faille attendre la rareté du pétrole pour voir les habitudes commencer à changer. Comme quoi le bon sens n’est pas assez fort pour arrêter cette folie ou cette escalade des besoins qui s’empare de la majorité d’entre nous (ou presque !). Deux bouleversements nous attendent et semblent arriver presque en même temps : la fin du pétrole et le changement climatique ; la synchronisation de ces phénomènes est une (mal)heureuse coïncidence ! Jusqu’où aurions-nous pu aller si le pétrole était inépuisable ? Je n’ose pas l’imaginer.

  6. cycliste alcoolique

    @Nicolas,

    « c’est qu’il faille attendre la rareté du pétrole pour voir les habitudes commencer à changer »
    Lesquelles? Pour l’instant on veut toujours des bagnoles plus grosses (un peu plus verte, une option), sa maison individuelle avec ces 1000 m2, partir en WE plus loin et moins cher, acheter des multitudes d’objets aussi sophistiqués qu’inutiles importé du bout du monde, et finalement travailler plus plus consommer et polluer plus.
    Je dirai plutôt que ça s’accélère.

    Bonne vidéo même si je suis plus attentif aux interventions de Paul Ariès.

    12…4+8 = dooooze. évidemment.

  7. LEGEOGRAPHE

    Excellente vidéo déjà vue.
    @ Ah Oui : « Faites ce que je dis, pas ce que je fais » ? Pour le coup, je suis en désaccord avec vous. Il est totalement conscient des « sacrifices » inéluctables.

    Sinon, les gens (dans la majorité) ne changent pas leurs pratiques quand elles sont faciles (pourquoi mettre un journal au tri sélectif quand on a grandi 30 ou 50 ans sans le faire, avec une seule poubelle à la maison?). Alors, quand les gens n’auront vraiment plus assez dans le porte-monnaie (et bien sûr que les crédits bancaires ne seront plus octroyés aussi facilement), alors les changements seront subis (et ça fera mal de se voir « pauvres » ; alors que personnellement je n’ai aucun problème à vivre de peu, je m’en trouve même riche… Suis-je malade, docteur ?)