Carfree change d'adresse, cliquez ici pour accéder au nouveau site

Carfree.fr

carfree.fr

La vie sans voiture(s)

Mes raisons d’être anti-voitures

fuck-cars

Josh Hart est né en 1976 à Stuttgart, en Allemagne, le soi-disant «berceau de l’automobile », où Porsche et Mercedes sont fabriqués. Évidemment, il n’est pas trop friand de ces membres éloignés de sa famille élargie. Le fils d’une ballerine et d’un ancien gérant de société pétrolière a grandi dans la banlieue sud de San Francisco, a fait des études de psychologie sociale à l’Université de Californie à Santa Cruz, où il a commencé le vélo. Choqué par les terribles effets de la dépendance lourde à la voiture sur la qualité de vie dans la station balnéaire californienne, il abandonna sa Volkswagen pour de bon et a commencé à faire campagne pour le changement environnemental et social. Voici ses raisons d’être anti-voitures.

child Les voitures tuent  nos enfants. Les automobiles sont la première cause de mortalité des enfants de Californie et des garçons au Royaume-Uni (1).

air_bbc Les voitures empoisonnent l’atmosphère. Nous sacrifions l’air que nous respirons aux tuyaux d’échappement, les toxines qui tuent jusqu’à 2,4 millions de personnes/an et dégradent la santé et la qualité de vie de milliards d’autres. (2) Le droit de respirer est maintenant considéré comme moins important que le droit de conduire.

noise-car Les voitures détruisent notre santé mentale. L’aggravation du bruit routier provoque une épidémie inconnue de stress, de privation de sommeil et même des maladies cardiaques et la dépression. (3)

street-party Les voitures détruisent notre vie sociale locale et les communautés. Le volume du trafic sur votre route détermine largement le nombre de vos voisins que vous fréquentez, et en particulier le nombre d’amis proches (4).

obesity Les voitures poussent les gens dans l’inactivité et la maladie. Les voitures permettent non seulement aux gens de vivre pratiquement sans jamais faire d’exercice, mais elles rendent aussi la marche à pied ou l’utilisation du vélo plus compliqué pour les autres. La montée en flèche des taux d’obésité dans les pays développés est une conséquence prévisible de notre dépendance à la voiture et des politiques favorables à l’automobile au cours des 60 dernières années. Aux Etats-Unis, 70% de la population ne parvient pas à satisfaire aux normes minimales d’activité physique recommandées (5), une lacune qui conduit à plus de 77 milliards de dollars par année en frais d’hôpital. (6)

accidentscene A-305-0101 Les voitures détruisent la vie humaine et animale. Nous tuons ou nous blessons gravement 50 millions d’êtres humains tous les ans dans les accidents de la route (7) (plus de 200 Haïti) et plus de 1 milliard d’animaux sauvages et domestiques sont considérés chaque année comme des «accidents» sur les routes du monde. (8) La vérité est que cette énorme souffrance est une tragédie évitable. Les décès et les blessures sont fortement liés au nombre et à la vitesse des véhicules sur une route donnée. (9) Une voiture de moins doit permettre de sauver une vie.

climatechange Les voitures mettent en péril la stabilité de notre climat. Nous mettons en danger les fondements mêmes de notre civilisation, un climat stable et productif, juste pour que nous puissions continuer à conduire des voitures. En dépit des avertissements clairs de scientifiques, nous persistons dans nos comportements égoïstes et auto-destructeurs, non pas parce que nous sommes mauvais, mais parce que nous pensons que quelqu’un d’autre s’occupe du problème. Les voitures sont responsables de plus de CO2 émis que tout autre secteur en Californie. (10)

hitler_adolf Adolf Hitler aimait les voitures. Et oui, ce top des raisons d’être anti-voitures ne serait pas complet sans Hitler. Il est vrai que l’homme lui-même était vraiment le moteur de la Volkswagen, le promoteur de l’autoroute, et finalement le responsable de la technique consistant à tuer 6 millions de Juifs et autres indésirables de manière efficace avec l’utilisation du moteur à combustion interne.

Notes

(1) ONS, 2002. Social Focus in Brief: Children July 2002. London: Office for National Statistics/TSO. Available from: http://www.statistics.gov.uk [Accessed 8 April 2008].  For US: http://www.disastercenter.com/cdc/111riskc.html
(2) WHO, 2002. Estimated deaths & DALYs attributable to selected environmental risk factors. WHO Member State, 2002.
(3) YAMAZAKI, S., SOKEJIMA, S., NITTA, H., NAKAYAMA, T., FUKUHARA, S., 2005. Living close to automobile traffic and quality of life in Japan: A population-based survey, International Journal of Environmental Health Research, 15:1, 1-9.
(4) APPLEYARD, D., 1969.  The Environmental Quality of City Streets: The Residents’ Viewpoint.  Journal of the American Planning Association, 35, pp. 84-101.and HART, J. (2008) Driven to Excess: Impacts of Motor Vehicle Traffic on Residential Quality of Life in Bristol, UK.  University of the West of England 2008.
(5)  U.S. DEPARTMENT OF HEALTH AND HUMAN SERVICES, 2000. Healthy People 2010. Washington, DC: USDHHS.
(6) PRATT, M., MACERA, C.A., WANG, G., 2000. Higher direct medical costs associated with physical inactivity. The Physician and Sports Medicine. 28 (10), 63–70.
(7) WHO, 2004. Global strategy on diet, physical activity and health. Geneva: World Health Organization.
(8) http://culturechange.org/issue8/roadkill.htm
(9) ROBERTS, I., NORTON, R., JACKSON, R., DUNN, R., HASSALL, I., 1995.  Effect of environmental factors on risk of injury of child pedestrians by motor vehicles: a case-control study.  British Medical Journal. 310:91-94. and IIHS, 2000. Insurance Institute for Highway Safety, Status Report 35 (5), May 13, 2000.
(10) http://www.ucsusa.org/clean_vehicles/solutions/cleaner_cars_pickups_and_suvs/californias-global-warming.html

Source: http://onthelevelblog.wordpress.com/2010/01/25/anti-car-not-anti-driver-and-proud/




Articles relatifs


7 Commentaires, Commentaire ou Rétrolien

  1. Legeographe

    L’hyperlien « pensons que quelqu’un d’autre s’occupe du problème » (cf argument climatique) est très bon. Dommage que ce ne soit qu’une traduction google, car la raison de la déraison y est expliquée. Je le remets pour tous ceux qui ont lu à toute vitesse l’article présent :
    http://translate.google.com/translate?hl=fr&ie=UTF-8&sl=en&tl=fr&u=http://www.ecoglobe.ch/motivation/e/clim2922.htm&rurl=translate.google.fr&twu=1

  2. Les voitures détruisent nos villes car elles favorisent le séparatisme fonctionnel dans l’urbanisme.
    Sans voiture, pas de cité-dortoir.
    Sans voiture, pas de zône commerciale.
    Sans voiture, pas d’hypermarché… Le rêve !

  3. apanivore

    Beau point Godwin !
    Même pas besoin d’attendre les commentaires pour l’atteindre !

  4. Ouais, je me suis dit: autant traiter de la question nazie directement dans le texte, comme ça, on évite de se prendre la tête dans les commentaires…

  5. PHI

    En parlant de nazisme et de Seconde guerre mondiale, nombre de leurs conquêtes ont été motivées par l’accaparation de resources. Ainsi, la Norvège a été conquise en 1940 pour sécuriser le transit du fer provenant du nord de la Suède par le port norvégien de Narvik, la Roumanie mise au pas pour faire main basse sur le pétrole de Ploiesti et le sud de la Russie occupé pour contôler les gisements pétroliers de la Caspienne.

    Devinette : qu’est-ce qu’on fait avec du pétrole et du fer ?

  6. L’argumentaire est bon mais il manque la pénétration des zones vierges et la fragmentation de la biodiversité à cause des coupures des voies, de l’effarouchement de la faune à cause du bruit, les clôtures des zones pavillonnaires (indirectement favorisées par les bagnoles) et les impasses et les voies sans issues qui ne sont pas bonnes pour la circulation de la faune et lèsent, au final, la biodiversité.

    Ma liste des nuisances automobiles:

    http://gilles.chomel.free.fr/#nuisances